Cressida Bonas, ex du prince Harry, ne manque pas d'humour sur son mariage catastrophe

·1 min de lecture

Son mariage devait être le plus beau jour de sa vie. La pandémie de la Covid-19 en a décidé autrement. Dans les colonnes du magazine The Spectator, Cressida Bonas s’est confiée sur ses noces laborieuses. Jamais l’ancienne compagne du prince Harry, de 2012 à 2014, n’aurait pu imaginer un tel désastre. Elle qui s’impatientait d’épouser Harry Wentworth-Stanley a alors dû organiser son union en secret, plusieurs fois reportée en raison de la crise sanitaire. Le cauchemar a commencé deux semaines avant la cérémonie. L’actrice de 31 ans n’a pas eu le temps espéré pour s’occuper des préparatifs. Seuls quinze malheureux jours lui ont permis de s’adonner à l’organisation. Un délai qui était loin d’être suffisant.

Le jour-J ne s’est pas non plus déroulé comme elle l’aurait souhaité. Une série de mésaventures a malmené Cressida Bonas. D’abord, la mannequin souffrait d’un orgelet sur l’œil. Puis, celle qui a le sens de l’orientation d’une boussole cassée s’est perdue sur le chemin de l’église. Une fois sur la bonne route, l’ancienne petite-amie du prince Harry s’impatientait de sortir de la voiture et retrouver son bien-aimé. C’était sans compter qu’elle glisserait, sous une pluie battante, dans une flaque d’eau. À son plus grand soulagement, la mariée n’accordait pas d’importance à sa robe. Par manque de temps, elle en avait pioché une "poussiéreuse” dans son dressing. “Après un peu de repassage, elle avait l'air comme neuve”, avait-elle plaisanté.

Pour son mariage, Cressida Bonas imaginait (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Camille Combal a un drôle de fantasme sur Jean Castex : "Ça m'intrigue"
VIDEO - Torse nu sur France 2, un pêcheur sexy émoustille les internautes
VIDEO GALA - Clémence Botino et Sylvie Tellier se confient sur leur amitié
"Pas de junk food !" : Brigitte Macron intraitable avec les cuisines de l'Élysée
Julia Minkowski, épouse de Benjamin Griveaux, brise le silence sur l’affaire des vidéos intimes : « Ça n’a rien remis en question »