Crêpe "Mamadou" : une crêperie accusée de racisme sur Twitter

La crêpe a la banane et au chocolat, appelée "crêpe Mamadou" a choqué des nombreux internautes qui crient au racisme. Le gérant du restaurant, lui, se défend d'être raciste.

Une crêperie se trouvant à Lézignan-Corbières, dans l’Aube, a fait polémique en proposant dans son menu la “Mamadou”, une crêpe à la banane et au Nutella. Le propriétaire de l’établissement se défend de tout racisme.

Le sujet fait beaucoup parler sur les réseaux sociaux depuis mardi 10 septembre. Le gérant d’une crêperie de Lézignan-Corbières (Aude) s’est vu reprocher par de nombreux internautes le nom d’une crêpe proposée dans son menu : la “Mamadou”, composée de banane et de Nutella, ce que de nombreux twittos jugent raciste.

Fortement attaqué sur les réseaux sociaux, le restaurant a également subi les critiques des internautes qui se sont fait passer le mot pour donner de mauvaises appréciations au restaurant sur Google et Tripadvisor.

Le gérant se défend

Dans un premier temps, le restaurant s’est défendu sur Facebook après avoir reçu des centaines de messages et appels le menaçant, avant de supprimer sa page Facebook.

Contacté par Yahoo Actualités, le gérant de 55 ans dit ne pas comprendre un tel “acharnement”, et avoue mal le vivre : “ On ne comprend pas toutes les agressions qu’on a reçues en 12 heures. On est un petit commerce perdu des Corbières, on n’a rien demandé à personne. Ma femme n’a pas dormi de la nuit, je suis vraiment blessé intérieurement.”

“Aucune connotation raciste”, selon le propriétaire

Accusé de racisme par de nombreux internautes, le restaurateur affirme pourtant l’inverse : “Ça a bien fait rire les gens qui me connaissent parce qu’ils savent que je suis un humaniste, que je milite avec Greenpeace et que je suis pour un monde meilleur. Je suis même à l’origine de la création de Ras l’front (ndlr : un réseau associatif d'extrême gauche)”, se défend le propriétaire du restaurant. “Qu’on ne vienne pas me faire de leçons sur le racisme, je manifestais que ces gens là n’étaient même pas encore nés. Il n’y a pas de Noirs et de Blancs sur notre planète, il n’y a que des terriens. Donc la ‘Mamadou’, elle n’a aucune connotation raciste.”

Si la polémique enfle depuis mardi, la crêpe “Mamadou” n’est pourtant pas nouvelle dans la carte de ce restaurant, elle y figure même dans d’autres crêperies de France : “Je l’ai mise sur ma carte quand j’ai ouvert ma crêperie il y a 11 ans. Je l’ai mise au menu parce qu’avant d’ouvrir ici j’ai travaillé dans une crêperie d’Argelès-sur-Mer et la crêpe “Mamadou” était l’une des meilleures ventes. J’ai donc décidé de la récupérer tout bêtement sur ma carte. Il en existe même une dans une autre crêperie de Cavalaire.” Il conclut, très énervé : “Toute cette histoire me donne envie d’arrêter le militantisme et de faire comme tout le monde, du libéralisme et ne penser qu’à ma gueule.”

“Une appellation péjorative”

Lise Garnier-Sadurni, responsable de la communication de SOS Racisme, nous a confié que l’association interprète que ce terme est à caractère injurieux : “Ce sont des préjugés. Un peu comme le symbole Banania où l’ont met des lèvres épaisses au bonhomme sous prétexte que les Noirs sont comme ça. Il faut dénoncer cela, c’est une appellation péjorative. Comme le dit le livre Les maudits mots, Mamadou est une insulte appliquée aux Africains”, analyse-t-elle.

Ce contenu peut également vous intéresser :