Crawl : "Piranha 3D, c’était l’entraînement nécessaire pour passer à des créatures plus grosses"

Emmanuel Itier, propos recueillis à Los Angeles
Quand le maître de l'horreur à la française Alexandre Aja rencontre Sam "Evil Dead" Raimi à la production, ça donne "Crawl" qui confronte Kaya Scodelario à des alligators affamés. Rencontre avec les producteurs du monster-movie de l'été.

AlloCiné : "Crawl" s'inspire t-il de faits réels, comme les dernières tempêtes ayant ravagé La Nouvelle Orléans ?

Craig Flores (producteur) : Non, Crawl n’est pas inspiré de véritables événements. Cependant, les scénaristes ont analysé qu’avec le réchauffement climatique, il y a de plus en plus d’ouragans et de tornades. A chaque fois cela entraîne des "migrations" d’animaux comme des crocodiles ou des requins, entrainés par les flots ou les déluges. Il s'agit donc d’une situation parfaitement possible et cela peut devenir de plus en plus la triste réalité pour des régions comme les côtes de Floride ou de Louisiane.

Pour moi, Haute Tension, c’est du Hitchcock sous stéroïdes !

Pourquoi avez-vous choisi Alexandre Aja pour mettre en scène le film ?

Sam Raimi (producteur) : J’ai été totalement hypnotisé par son film Haute Tension, que j’avais vu en 2004. C’est encore gravé dans ma mémoire. J’adore son style cinématographique et les mouvements de
caméra qu’il utilise. Pour moi, Haute Tension, c’est du Hitchcock sous stéroïdes !  Je me souviens qu’à l’époque, je lui avais fait une offre pour un film que j’allais produire mais il n’avait pas pu le faire car on l’avait déjà signé pour un autre projet. Par contre, quand Craig est venu me voir pour Crawl, j’ai tout de suite sauté sur l’occasion de travailler avec Alex !

 

Comment décririez-vous sa patte, sa "french touch" ?

Sam Raimi (producteur) : Alex Aja a une telle confiance que l’on se sent tout de suite rassuré quant à l’exécution du film qui lui est proposé. C’est un visionnaire. Il sait manipuler son public en le faisant plonger au plus profond de l’horreur. Ici, un face à face avec des crocodiles déjantés et affamés.

Craig Flores (producteur) : Regardez de quelle façon il a réussi à faire un puzzle parfait avec toutes les pièces de La Colline a des yeux. Je pense qu’avec ce film il a su montrer son génie en se sortant d’un labyrinthe horrifique pas du tout évident. Et pour Crawl, il s'agit d’un labyrinthe aquatique, ce qui rend la tâche encore plus difficile. Franchement c’est un petit génie.

Sam Raimi (producteur) : Je me souviens aussi de Piranha 3D qui lui avait permis de travailler dans et sous l’eau. Ce film, c’est du pur fun où il sait montrer son côté humoristique. C’était également un film avec
peu d’acteurs comme dans Crawl, ce qui ne rend pas les choses simples car la caméra est sans arrêt braquée sur eux. Crawl, c’est un gros plan d'un père et de sa fille pendant presque 1h 30 avec quelques crocodiles qui surgissent par moment pour tenter de les dévorer. Piranha 3D, c’était un peu l’entraînement nécessaire pour pouvoir passer à des créatures plus grosses et des effets spéciaux encore plus déchaînés. Mais Alex ne se repose jamais sur les effets spéciaux. Au contraire, il sait les contenir pour que le tout paraisse réaliste et véridique. C’est un vrai don de savoir bien doser les ingrédients pour arriver à
trouver la bonne formule qui fera peur et non rire.

Piranha 3D, c’était un peu l’entraînement nécessaire pour pouvoir passer à des créatures plus grosses

En quoi "Crawl" est-il différent des autres films avec un crocodile ou un requin géant ?

Craig Flores (producteur) : Je pense que la différence vient du ton de notre film qui reste vraiment terre-à-terre. Même si on évite de se prendre au sérieux, on veut vraiment vous foutre la trouille. Et pour y parvenir, il faut que cela ait l’air vrai, et que les dialogues restent sobres tout comme les effets spéciaux. On ne veut pas seulement vous divertir, on veut faire peur. Je crois que la mise en scène un rien hitchcockienne d’Alex, comme l’a dit Sam, permet de créer une tension hors norme.

 

Quel a été le plus gros défi avec ce film, en tant que producteurs ?

Sam Raimi (producteur) : Nous avons tourné pratiquement tout le film sur ou sous l’eau. Donc imaginez la difficulté pour l’équipe et les acteurs. Et le froid perpétuel dans lequel tout le monde travaillait. Ca a été un tournage des plus éprouvants. Pour une scène en particulier, nous avons dû déverser des tonnes d’eau d’un seul coup afin de forcer le père et la fille à se retrouver séparés l’un de l’autre. Nous avons eu tous très peur d’un accident car la violence de la vague a failli fracasser leurs crânes et leurs os !

Au-delà de "Crawl", quel est votre film favori d’Alexandre Aja ?

Craig Flores (producteur) : Pour moi c’est La 9e vie de Louis Drax. Car j’adore la manière dont il arrive à faire d’un film intimiste, sur une famille en crise, un véritable film à suspense mélangeant horreur, fantaisie et un soupçon de science fiction. C’est un film délicat, avec une mise en scène magistrale.

Sam Raimi (producteur) :  A nouveau je vais ressortir du chapeau Haute Tension. Rien que de prononcer le titre me donne des frissons ! (Rires)

Notez et donnez votre avis sur Crawl

Crawl : rencontre avec Alexandre Aja