Crash en Iran : qui était Ebrahim Raïssi, président ultra-conservateur et autoritaire ?

L'ultraconservateur Ebrahim Raïssi est mort, dimanche, dans un accident d'hélicoptère. Il dirigeait l'Iran depuis 2021 dans un contexte troublé à l'international et de contestation interne. Avant d'accéder à la présidence, il avait monté durant trois décennies les échelons du système judiciaire et figurait sur la liste noire américaine des responsables iraniens sanctionnés pour "complicité de graves violations des droits humains".

La mort du président iranien, Ebrahim Raïssi, a été confirmée, lundi 20 mai par le gouvernement, après un accident d'hélicoptère survenu la veille dans le nord-ouest de l'Iran.

Âgé de 63 ans, l'ayatollah Raïssi, toujours coiffé d'un turban noir et vêtu d'un manteau de religieux, était considéré comme un ultraconservateur et un partisan assumé de l'ordre.

Il dirigeait l'Iran depuis 2021 dans un contexte troublé à l'international et de contestation interne.

D'intenses recherches avaient été lancées, dimanche, en fin de journée, dans le nord-ouest de l'Iran pour retrouver l'hélicoptère qui le transportait et s'est écrasé suite à un accident, selon des responsables et des médias officiels.

Élu au premier tour en juin 2021

S'étant présenté comme le champion des classes défavorisées et de la lutte contre la corruption, Ebrahim Raïssi avait été élu le 18 juin 2021 dès le premier tour d'un scrutin marqué par une abstention record pour une présidentielle, et l'absence de concurrents de poids.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Iran : "aucun signe" de vie dans l'hélicoptère accidenté du président Ebrahim Raïssi
Accident de l'hélicoptère transportant le président iranien : ce que l'on sait
Iran : à peine élu, Ebrahim Raïssi esquisse sa future politique étrangère