Crash d'un Boeing en Indonésie : une boîte noire récupérée

·3 min de lecture

L'une des boîtes noires du Boeing qui s'est abîmé au large de l'Indonésie ce week-end avec 62 personnes à bord a été récupérée, a annoncé mardi le ministre des Transports du pays. Il s'agit de l'enregistreur des données de vol.

Les autorités indonésiennes ont récupéré l'une des boîtes noires de l'avion de la compagnie Sriwijaya Air qui s'est abîmé samedi en mer de Java, a annoncé, mardi 12 janvier, le ministre des Transports, Budi Karya Sumadi.

"Le FDR (Flight Data Recorder, qui enregistre les paramètres de vol, NDLR) a été retrouvé", a indiqué le ministre à des journalistes, ce qui devrait aider les enquêteurs à comprendre les causes de l'accident survenu quelques minutes après le décollage de Jakarta.

Les enquêteurs ont reçu un fort signal et ont envoyé des plongeurs qui ont mis la main sur l'enregistreur de vol au bout d'une heure de recherches, a expliqué un journaliste de l'AFP qui était à bord d'un bateau de la marine.

L'appareil, qui transportait 62 personnes dont 12 membres d'équipage, devait gagner Pontianak, chef-lieu de la province indonésienne de Kalimantan occidental, sur l'île de Bornéo, quand le contact a été perdu avec le contrôle aérien.

Quelque 3 600 personnes, dont des militaires et des sauveteurs, ont été mobilisées pour repêcher au plus vite les restes des passagers, tous des Indonésiens, ainsi que des pièces de l'avion et les boîtes noires.

La deuxième boîte noire localisée

Reste à retrouver l'autre boîte noire, l'enregistreur des conversations de la cabine de pilotage (CVR), qui a perdu sa balise. Les autorités indonésiennes ont affirmé dimanche l'avoir localisée.

Une fois les données de vol et les enregistreurs vocaux du cockpit récupérés, le Comité national de la sécurité des transports (KNKT) de l'Indonésie pense pouvoir déchiffrer les informations recueillies dans les trois jours.

Les enquêteurs disposent pour le moment de peu d'indices sur les causes de l'accident.

Le Boeing 737-500 de Sriwijaya Air a soudainement chuté de quelque 10 000 pieds (3 000 mètres) en moins d'une minute et plongé dans la mer de Java.

Des tragédies régulières

En octobre 2018, 189 personnes étaient mortes dans le crash d'un Boeing 737 MAX qui s'était abîmé en mer de Java environ 12 minutes après son décollage. Un accident impliquant également un Boeing 737 MAX en Éthiopie avait débouché sur l'immobilisation pendant des mois de ce modèle d'avion.

Le constructeur aéronautique américain s'est vu infliger la semaine dernière une amende de 2,5 milliards de dollars pour avoir induit en erreur les autorités au cours du processus d'approbation de l'appareil.

L'avion de Sriwijaya Air n'appartient pas à la nouvelle génération controversée de Boeing 737 MAX mais est un Boeing 737 "classique", vieux de 26 ans.

Le secteur du transport aérien en Indonésie a régulièrement connu des tragédies ces dernières années et plusieurs compagnies aériennes de ce pays ont été interdites en Europe dans le passé.

Avec Reuters et AFP