Crash en Egypte : l’avion s’est disloqué en plein vol

L'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet, qui s'est écrasé dans le désert du Sinaï (Egypte) s'est disloqué en plein vol. C'est ce qu'annonce un responsable russe, Viktor Sorotchenko, membre du Comité d'enquête de la Fédération de Russie, après avoir inspecté le site, au lendemain du drame. Il reste toutefois prudent, affirmant "qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions ".

La revendication de l'EI

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer ce drame. Tout d'abord la piste terroriste. L'Etat islamique affirme sur Twitter "avoir fait tomber" l'A321, qui a fait 224 morts samedi 31 octobre dans le désert du Sinaï.

"Les combattants de l'Etat islamique ont pu abattre au-dessus de la province du Sinaï un avion russe qui transportait plus de 200 croisés russes. Ils ont tous été tués, que Dieu en soit remercié", affirme ce communiqué de l'Etat islamique.

Pour le Kremlin, cette revendication de l'Etat islamique "ne peut pas être considérée comme exacte" a déclaré Maxime Sokolov, ministre des Transports, ajoutant que l'Egypte n'avait "aucune information qui confiremerait de telles insinuations".

Ces revendications sont donc à prendre avec précautions, les autorités privilégiant la piste d'un problème technique, assurant plus tôt dans la matinée que l'avion n'avait pas été abattu. D'autant que différents experts estiment que le groupe terroriste ne dispose ni du matériel ni des compétences pour abattre un avion volant à plus de 9.000 mètres.

Des problèmes techniques signalés "à plusieurs reprises"

L'autre principale hypothèse pour les enquêteurs se porte sur un problème technique. Selon l'agence russe RIA, qui cite des sources à Charm el-Cheikh, le pilote a contacté le régulateur de vol et fait état de problèmes techniques. Il a demandé un changement de route et un atterrissage à l'aéroport du Caire, puis, les communications ont été rompues.

Une source à l'aéroport de Charm el-Cheikh, citée par l'agence russe Ria Novosti, affirme que des membres d'équipage avaient signalé " à plusieurs reprises"des problèmes au niveau du moteur de l'avion dans la semaine précédant l'accident.

Les boîtes noires retrouvées

L’avion s’est écrasé une vingtaine de minutes après son décollage. L’appareil, construit il y a 18 ans, affichait plus de 56.000 heures de vol. Toutefois, les autorités restent prudentes, "il est trop tôt pour déterminer la cause du crash", a déclaré le ministre égyptien de l'aviation civile, Mohamed Hossam Kemal.

Rien n'indique que l'avion ait été abattu ou qu'une explosion ait eu lieu à bord, dit-on de sources proches des services de sécurité égyptiens.

Les services d'urgence et des spécialistes de l'aviation on très vite commencé l'inspection de l'épave, à la recherche d'indices sur les causes de la catastrophe. Les deux boîtes noires de l'avion ont été retrouvées. Les débris de l'appareil sont éparpillés sur une zone assez vaste. L'analyse des données des boîtes noires pourrait rapidement éclaircir les causes de l'accident.

Les lieux du crash :

Rappel des faits

Samedi 31 octobre, à 5h51, un A321 de la compagnie russe Metrojet a décollé de Charm el Cheikh à destination de Saint-Petersbourg. Une vingtaine de minutes plus tard, les contrôleurs aériens ont perdu le contact avec l'appareil, alors qu'il survolait le désert du Sinaï. Les 224 occupants de l'appareil, en majorité des Russes, ont péri dans l'accident.