Les craintes sanitaires font dévisser les actions

par Patrick Vignal
·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES FERMENT EN BAISSE

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont chuté lundi avec la flambée du risque sanitaire à la suite de la découverte en Grande-Bretagne d'une souche du nouveau coronavirus potentiellement très contagieuse selon les autorités britanniques.

À Paris, le CAC 40 a perdu 2,43% à 5.393,34 points, sa plus forte baisse en pourcentage sur une séance depuis le 28 octobre (-3,37%).

Le Footsie britannique a cédé 1,73% et le Dax allemand a abandonné 2,82%.

L'indice EuroStoxx 50 a reculé de 2,74%, le FTSEurofirst 300 de 2,37% et le Stoxx 600 de 2,33%.

Signe de la nervosité des investisseurs, l'indice mesurant la volatilité implicite de l'EuroStoxx 50 a bondi de plus de 25%.

De nombreux pays dont une grande partie de l'Europe ont suspendu lundi leurs liaisons avec le Royaume-Uni en raison des craintes que suscite une nouvelle souche du coronavirus, ce qui complique encore une situation déjà chaotique à l'approche du Brexit pour les familles et les entreprises britanniques.

"Malgré l'arrivée graduelle des vaccins, la progression de la pandémie n'arrive pas à être maîtrisée en cette fin d'année", note Sebastian Paris Horvitz, stratégiste de La Banque Postale Asset Management (LBPAM).

"Il est plus que probable que cette évolution inattendue de l'épidémie, avec cette progression rapide des contagions, aura un impact sur l'activité", ajoute-t-il. "En effet, les mesures de confinement déjà annoncées ou qui pourraient l'être, s'il n'y a pas d'infléchissement rapide de cette dynamique, vont se traduire par un ralentissement marqué."

Ces informations préoccupantes sur la situation sanitaire, associées à l'impasse dans les négociations entre Londres et Bruxelles sur l'après-Brexit, l'ont emporté dans l'esprit des investisseurs sur les avancées sur les vaccins et l'accord au Congrès américain sur un ensemble budgétaire de 900 milliards de dollars (737 milliards d'euros) pour fournir à la population et aux entreprises de nouvelles aides face à l'impact de la crise du coronavirus.

VALEURS EN EUROPE

Aucun des compartiments européens n'a échappé à la baisse générale du marché. L'indice Stoxx du secteur des transports et loisirs, en première ligne dans les derniers développements sur le front du coronavirus, a perdu 3,13% .

Le secteur de l'énergie et celui des banques, également très sensibles aux craintes liées à la crise sanitaire, ont lâché respectivement 3,63% et 3,6%.

Aux valeurs individuelles, Air France-KLM a cédé 4,16% et ses concurrentes Ryanair, IAG EasyJet et Lufthansa ont perdu de 3,9% à 8%.

Société Générale (-5,19%}) a accusé la plus forte baisse du CAC.

A WALL STREET

A l'heure de la clôture en Europe, les indices de référence de Wall Street réduisent leurs pertes mais cèdent encore de 0,7% à 1,3%, les craintes sanitaires éclipsant la perspective d'un plan de relance budgétaire.

Le repli général n'épargne pas l'action Tesla qui perd 4,92% à 660,84 dollars pour sa première séance de cotation en tant que composant du S&P-500.

L'action a atteint vendredi un plus haut record à 695 dollars par action. Elle a gagné 70% depuis l'annonce, à la mi-novembre, de son inclusion dans le S&P et plus de 700% depuis le début d'année.

CHANGES

Profitant du regain d'aversion au risque, l'indice dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence, grimpe de 0,45%.

L'euro recule dans les mêmes proportions à 1,221 pour s'éloigner d'un plus haut depuis avril 2018 à 1,2273 atteint jeudi.

La livre sterling chute de 1,5% contre le dollar, plombée par les inquiétudes liées à la mutation du coronavirus et par la perspective d'un "no deal" à la fin de la période de transition, le 31 décembre.

Londres et Bruxelles poursuivent ce lundi des discussions qui restent difficiles.

TAUX

Les rendements obligataires des principaux pays de la zone euro atténuent leur repli, à -0,582% pour le Bund allemand à dix ans, qui abandonne 1,5 point de base (pdb) après avoir perdu 4,4 pdb en début de séance.

Sur le marché des emprunts d'Etat américain, le rendement des Treasuries à 10 ans cède 1,2 point de base à 0,993% après en avoir abandonné près de 7 dans la matinée.

PÉTROLE

Les cours du pétrole perdent près de 4% en raison des craintes des effets sur la demande du durcissement des restrictions sanitaires.

Le Brent se traite à 50,36 dollars le brut léger américain (West Texas Intemediate/WTI) à 47,19 dollars.

(édité par Jean-Michel Bélot)