"Elle craint que l'Elysée soit envahi" : Brigitte Macron anxieuse à cause des Gilets jaunes

·1 min de lecture

Les crises sociales ont pour don d'inquiéter les hautes sphères du pouvoir. Et ce n'est pas Brigitte Macron qui dira le contraire. Au plus fort de la crise des Gilets jaunes, et comme le relate Renaud Revel dans son livre Les Visiteurs du soir : ce qu'ils disent à l'oreille du Président, la Première dame a redouté le pire. "Dans ses pires cauchemars", raconte le journaliste, "elle a craint, un moment, que l'Élysée ne soit envahi." La femme d'Emmanuel Macron aurait eu le sentiment d'avoir les pieds et poings liés face à la crise. "Elle a hésité à se rendre à Buenos Aires, le 1er décembre [2018], où se tient un G20", poursuit Renaud Revel.

Les clichés d'elle en robe de soirée ainsi que les reproches qui auraient pu en découler : une polémique que Brigitte Macron a refusé d'affronter. Elle n'a connu que trop bien les affronts des manifestants en fluo. Ce qui ne l'a cependant pas empêchée d'accompagner le président de la République jusqu'à la capitale de l'Argentine, à la fin du mois de novembre 2018. En marge du G20, l'institutrice de 67 ans a donc préféré une journée avec les épouses d'autres dirigeants ainsi que les habitants de deux quartiers de Buenos Aires. Un séjour finalement composé de visites individuelles de la Première dame (et d'un profond moment d'émotion).

Dans une tentative d'apaiser craintes et tensions, Brigitte Macron a souhaité aiguiller son époux. En vain. S'il a pris pour habitude de la sonder pour avoir son approbation, le chef de l'État l'a finalement renvoyée (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDEO - Yann Arthus-Bertrand démuni face à sa femme atteinte de Parkinson : "Je gère très mal"
Ivanka Trump et Jared Kushner, parias : leur argent refusé au pays des riches et célèbres
La reine Elizabeth II en deuil : elle perd l’un de ses proches amis
"On est effarés, sidérés" : Emmanuel Macron sévèrement jugé par Karine Lacombe
Richard Berry auteur de violences conjugales ? L’acteur le reconnaît à demi-mot