Crack à Paris : les toxicomanes des Jardins d'Eole et de Stalingrad ont été évacués

·1 min de lecture

Les riverains du nord-est parisien vont-ils finalement pouvoir souffler ? Une opération d'évacuation des toxicomanes a eu lieu dans le secteur des jardins d'Éole et de Stalingrad ce vendredi. Environ une centaine de personnes ont été réorientées par les forces de l'ordre. Les toxicomanes étaient installés sur le trottoir rue Riquet (XIX arr.) dans des tentes ou des abris de fortune, le long du grillage d'un jardin public.

Un déplacement temporaire dans le 19ème arrondissement

Les toxicomanes ont été placés dans six bus afin d'être envoyés place Auguste Baron, vers Porte de la Villette (XIX arr.). Un secteur sans riverains aux abords immédiats, selon la préfecture de police. De l'eau et des sanitaires devraient être mis à disposition par la mairie de Paris, qui dénonce de son côté le manque de concertation des élus du 19ème arrondissement. 

Sur place, le premier adjoint, Emmanuel Grégoire a indiqué vouloir trouver une solution pérenne avec l'ensemble des pouvoirs publics pour que cette évacuation ne reconstitue pas une colline du crack ailleurs dans Paris.

"Qui dit qu'ils ne reviendront pas ce soir ou demain ?"

Les habitants du secteur ne sont pas tous convaincus par cette opération comme le témoigne un riverain sous le pseudonyme de Stalincrack au micro d'Europe 1. "C'est une bonne chose cette évacuation, parce que cela fait plus de 70 jours que ce campement existe et nous fait vivre un enfer. Après, je peux ne pas me réjouir de cette évacuation car il n'y a pas d'associations ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles