Crack à Paris : Hidalgo propose une première solution « dès cet été »

·1 min de lecture
Anne Hidalgo a transmis sa requête à Jean Castex.
Anne Hidalgo a transmis sa requête à Jean Castex.

Le fléau des consommateurs de crack à Paris prend chaque jour de l?ampleur. Les habitants des quartiers concernés n?en peuvent plus et n?hésitent pas à crier leur colère. Anne Hidalgo a décidé de prendre les choses en main. La maire PS de la capitale entend ouvrir « un premier lieu de prise en charge » des toxicomanes « dès cet été ». « Je prendrai ma part en ouvrant un premier lieu de prise en charge spécialisé du crack à Paris comme j?en ai informé le Premier ministre » Jean Castex lors d?une réunion lundi, a-t-elle affirmé mercredi 7 juillet lors du Conseil de Paris. Elle a également appelé le gouvernement « à soutenir » les élus parisiens « dans le déploiement de cette solution ».

Anne Hidalgo réclame depuis plusieurs semaines l?ouverture de nouveaux lieux d?accueil des toxicomanes mêlant soins, hébergement et espaces de consommation, alors que l?opposition de droite est vent debout contre les salles de consommation à moindre risque (SCMR), dites « salles de shoot », un terme réfuté par l?élue socialiste.

À LIRE AUSSIDans le nord de Paris, les habitants craquent à cause du crack

« Nous sommes prêts à en ouvrir plusieurs, disséminées sur l?ensemble du territoire parisien et, en lien avec l?État, au sein du Grand Paris », a redit Anne Hidalgo qui a ouvert une première SCMR dans la capitale en 2016. Sa majorité a « identifié quelques sites susceptibles d?être adaptés dans différents arrondissements, dont certains fonctionnent déjà comme centres d?accueil et [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles