Créteil : il étouffe sa femme puis se pend

C'est une insupportable découverte. Dimanche après-midi, alors qu'il ramenait son petit-fils de 8 ans à ses parents, un grand-père a découvert les corps sans vie du couple dans leur appartement de Créteil dans le Val-de-Marne, rapporte le site du " Parisien ".

Selon les premiers éléments de l'enquête, le mari aurait frappé sa femme avec " un serre-joint de chantier " et l'aurait ensuite étouffée. L'épouse a en effet été retrouvée " inerte sur le lit de la chambre avec un sac plastique sur la tête ". Elle présentait des marques de coups, selon une source proche de l'enquête. L'homme s'est ensuite pendu " en se servant de la porte de la chambre ", a ajouté cette même source.

L'enquête a été confiée à la police judiciaire du Val-de-Marne. Cette dernière a annoncé ce lundi qu'il s'agissait " probablement " d'un drame conjugal, selon le site de la " Dépêche du Midi ".Un drame similaire ce week-endCes derniers jours, un autre drame familial a fait la une de la presse locale. Un père de famille a été retrouvé mort par les pompiers, à son domicile de Ciran en Indre-et-Loire, samedi, ainsi que ses deux enfants àgés de 4 et 11 ans. La mère avait appelé les secouristes pour une " simple ouverture de porte ". Elle s'inquiétait de ne pas voir revenir ses enfants, partis passer le week-end chez leur père. Les corps des deux enfants ont été retrouvés " couchés, l'un à côté de l'autre " dans une chambre. Le père s'est quant à lui pendu. Il s'agit " vraisemblablement d'un drame de la séparation ", expliquait hier, le procureur.

Retrouvez cet article sur elle.fr

Un père soupçonné d'avoir étouffé sa fille autiste
>> Voir toutes les news Societe sur le site Elle.fr

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.