Crédit immobilier : que va changer concrètement la fin des questionnaires de santé ?

·1 min de lecture

Les clients du Crédit Mutuel n'auront plus à remplir le moindre questionnaire de santé pour obtenir un prêt immobilier. C'est ce qu'a annoncé le groupe, dans le but de mettre fin aux inégalités. Une décision qui implique que les personnes malades ou celles qui l'ont été par le passé, n'auront plus à se soumettre à des questions intimes et vont pouvoir emprunter plus facilement. Elles ne feront plus en effet l'objet de surprimes ou d'exclusion liées à leur état de santé. Mais à certaines conditions.

Un des apprentissages de la crise du Covid

D'abord, il faut être un client fidèle de la banque et y avoir domicilier ses revenus principaux depuis au moins sept ans. Il faut également avoir moins de 62 ans et demander un crédit immobilier pour sa résidence principale. Ce dispositif est également soumis à un plafond pour le montant assuré, allant jusqu'à 500.000 euros par emprunteur.

Invité sur Europe Midi mardi, Nicolas Théry, le président du Crédit Mutuel, a expliqué cette décision. "Nous somme une entreprise mutualiste et le mutualisme n'est pas de l'incantation mais de la preuve. Nous avons été sensibles aux discriminations peu visibles au détriment de gens qui ont eu des problèmes de santé ou qui en ont. C'est ce que nous a appris la crise du Covid : on peut faire simple et solidaire et c'est ce qu'on a décidé de faire", a-t-il affirmé. 

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

Une application plus poussée de la loi Evin

De là à en finir avec les questionnaires ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles