Création du prix Samuel-Paty: "Un bel hommage" pour l'une de ses soeurs

·2 min de lecture

Dans un entretien exclusif accordé au «Journal du Dimanche», la benjamine de la fratrie de Samuel Paty, professeur assassiné le 16 octobre 2020 se félicite de la création d’un prix en son hommage. 

Le 16 octobre 2020, le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty était assassiné devant son établissement scolaire à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) par un terroriste radicalisé, âgé de 18 ans, qui lui reprochait d’avoir montré des caricatures du prophète Mahomet à ses élèves, dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression. Un hommage national avait été rendu à ce martyr de la République.

Fin janvier, l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) annonçait la création d’un prix en son honneur. «Enseigner l’histoire, la géographie et l’EMC (enseignement moral et civique, Ndlr) faire réfléchir ses élèves, développer leur autonomie, leur esprit critique et les ouvrir aux savoirs du monde étaient au cœur de son existence », soulignait l’APHG. Le prix qui récompensera «des travaux pédagogiques» a été pensé en «concertation» avec la famille de Samuel Paty. «D’abord proposé aux élèves de collège et à leurs professeurs, autour d’un thème annuel articulé aux programmes d’EMC , ce prix souhaite favoriser la cohésion et la coopération grâce à un projet de classe, à partir de la rentrée scolaire 2021», précisait l’association. La famille a été associée à l’événement et le premier prix sera décerné en septembre prochain.

"

Mon frère n’a pas été tué en raison de son nom

"

Pour l’une de ses soeurs, la benjamine de la fratrie, le prix Samuel-Paty est «un bel hommage pour entretenir le travail de mémoire et faire en sorte qu’après cet événement les choses changent, pour qu’on n’oublie pas ce qui s’est passé, qu’on puisse dire "plus jamais ça"». «Ce prix permet de donner un sens à l’absurde. Faire en sorte que quelque chose de bien ressorte de cet assassinat, c’est tout ce qu’il nous reste. Cette mort(...)


Lire la suite sur Paris Match