"La création de nouvelles tranches d'impôt constituerait une manifestation concrète de solidarité"

·1 min de lecture

Pierre-Jean Lagaillarde, avocat, plaide pour augmenter l'impôt sur le revenu des plus riches.

L'impôt sur le revenu français est progressif mais la dernière tranche est de 45 %, pour la partie du revenu annuel supérieure à 156.245 € (art 197 CGI). Cela signifie que pour un revenu annuel de 200.000 €, il faut payer 69.835 € d'impôt, et 429.835 € pour un revenu de 1.000.000 €, ou encore 4.479.385 € pour 10.000.000 €. Cela peut de prime abord sembler considérable.En revanche, si l'on raisonne en termes de reste après impôt et de multiples du SMIC net, on s'aperçoit que tel n'est en réalité pas le cas. En effet, celui qui gagne 14 fois le SMIC en conserve 9 après impôt ; à celui qui en reçoit 69 il en reste 40, et le bénéficiaire de 694 SMIC en conserve 383."Qu'on cesse de nous dire que trop d'impôt tue l'impôt"C'est évidemment trop car celui qui reçoit un revenu annuel de 10 M€ n'a évidemment pas besoin de conserver 5,5 M€. Et nonobstant ce que peuvent prétendre les adeptes du libéralisme à tous crins, la société n'y gagne rien.- D'une part, l'accroissement considérable de l'écart entre les plus riches et les plus pauvres survenu au cours des 40 dernières années a apporté la démonstration de l'inexactitude de la théorie du ruissellement, dans laquelle l'argent des classes supérieures "irriguerait" celles du dessous. Dès lors, pourquoi certains seraient-ils légitimes à recevoir des revenus d'un montant que la majorité des citoyens ne peut tout simplement même pas...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Rentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"

Ecoles : une distanciation "d'un mètre latéral" entre élèves à partir du 22 juin

Mercredi 22 avril : Collègues et hiérarchie sont persuadés que l'enseignement virtuel est incompatible avec la poursuite du programme