La création d’un service public de la validation des acquis de l’expérience votée à l’Assemblée

© Benoit Tessier/Reuters

L’Assemblée nationale a voté, mercredi 5 octobre, par 147 voix contre 55, un amendement sur la création d’un « véritable service public » de la validation des acquis de l’expérience (VAE). Créée en 2002, la VAE permet d’obtenir une certification professionnelle grâce à la reconnaissance d’une expérience acquise, y compris dans un cadre bénévole. Selon la ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnels, Carole Grandjean, « tout l’objectif de cette réforme est d’accompagner l’attractivité de la VAE », dont l’utilisation est encore jugée trop faible.

Le texte initial présenté par le gouvernement prévoyait d’étendre la VAE aux « proches aidants et aidants familiaux », pour que leur expérience leur facilite l’accès aux métiers du grand âge, qui connaissent des difficultés de recrutement. Pour la ministre, « ce sera le rôle du groupement d’intérêt public que nous créons sur la base d’une plateforme numérique », qui a vocation à devenir « un véritable guichet unique de la VAE », a-t-elle ajouté. Ce nouveau dispositif doit « extraire la VAE de sa logique administrative », en allégeant et en accélérant les procédures. De nombreux députés, dont certains issus de la majorité présidentielle, ont plaidé pour l'ajout d’une réforme plus globale du dispositif, ce dont le gouvernement a tenu compte dans son amendement.

L’opposition regrette encore une fois le manque de négociation de la part du gouvernement. Le député communiste Pierre Dharéville « refuse de lé...


Lire la suite sur LeJDD