Covid: le variant sud-africain peut-il s'imposer face au variant anglais?

Grégory Rozières
·Chef de rubrique Science et Environnement
·1 min de lecture
Le variant du coronavirus découvert en Afrique du Sud est soupçonné de diminuer l'efficacité de l'immunité et de certains vaccins. (Photo: Getty Images)
Le variant du coronavirus découvert en Afrique du Sud est soupçonné de diminuer l'efficacité de l'immunité et de certains vaccins. (Photo: Getty Images)

SCIENCE - Un mal pour un bien? Lundi 8 février, Jonathan Van-Tam, directeur médical adjoint pour l’Angleterre, a estimé que le variant sud-africain du coronavirus, 501Y.V2, avait peu de chance de s’imposer au Royaume-Uni.

Mardi 9 février, Olivier Véran a de son côté rappelé sur FranceInfo qu’“aujourd’hui 99% des souches virales qui circulent en France métropolitaine ne correspondent pas au variant sud-africain”.

Des déclarations des deux côtés de la Manche qui ont pour but de dédramatiser l’inquiétude née de la suspension du vaccin d’AstraZeneca en Afrique du Sud, après qu’une étude a révélé une efficacité “limitée” du vaccin contre les formes modérées de Covid-19 dues au variant 50Y.V2.

Pourquoi Jonathan Van-Tam estime-t-il que le variant sud-africain ne représente pas une menace immédiate? “Les premières données” sur la variante sud-africaine “ne suggèrent pas que la variante sud-africaine ait un avantage distinct en matière de transmissibilité”, a-t-il expliqué selon nos confrères du HuffPost UK. “C’est pourquoi il n’y a aucune raison de penser que la variante sud-africaine rattrapera son retard et dépassera notre virus actuel dans les prochains mois”.

Une transmission encore floue

Le “virus actuel” évoqué par le chercheur britannique fait ici référence au variant découvert en Angleterre, 501Y.V1, qui s’impose petit à petit en France. Il est responsable, selon les derniers chiffres de Santé Publique France, de 14% des contaminations dans l’Hexagone.

Le fait que le variant V2 ne s’impose pas face au V1 serait un...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.