Covid-19 : le variant Delta serait aussi contagieux que la varicelle

·5 min de lecture
À cause du variant Delta, le masque est redevenu obligatoire pour les Américains entièrement vaccinés contre le Covid-19.

Si l'on sait que le variant Delta est plus contagieux que les autres variants, une enquête du CDC révèle que les personnes vaccinées infectées par ce variant porteraient autant de charge virale dans le nez que les non-vaccinés et que le Delta serait aussi contagieux que la varicelle.

"Reconnaître que la guerre a changé". C'est avec ces mots que le CDC (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies) américain décrit la prochaine étape dans la lutte contre le pandémie de Covid-19, à cause du variant Delta. Des nouvelles recherches relayées par le New York Times ont montré que les personnes vaccinées infectées par le variant Delta transmettent très facilement le virus, à un degré similaire que les personnes non-vaccinées. La directrice de l'agence, le Dr Rochelle Walensky a reconnu que les personnes vaccinées portent autant de charge virale dans le nez et la gorge que les personnes non-vaccinées. Alors que de nombreux experts estiment que la vaccination réduit la transmissibilité du virus avec les autres variant, le variant Delta semble déroger à la règle. 

Un document interne au sein du CDC relayé par le Washington Post indique même que le variant Delta est plus transmissible que les virus du MERS, du SRAS, de la variole, de la grippe saisonnière, du rhume et tout autant contagieux que la varicelle.

"Le port du masque universel est essentiel"

Les scientifiques du CDC étaient tellement alarmés par cette nouvelle recherche qu'ils n'ont pas attendu de rendre publiques ces nouvelles données pour modifier les directives pour les personnes vaccinées aux États-Unis. L'agence fédérale américaine a d'ores et déjà annoncé que les Américains vaccinés doivent de nouveau porter le masque en intérieur dans les zones à haut risque. "Compte tenu de la transmissibilité plus élevée et de la couverture vaccinale actuelle, le port du masque universel est essentiel". Pour rappel, le 13 mai dernier, le CDC avait annoncé que les Américains vaccinés n'avaient plus l'obligation de porter le masque en intérieur et en extérieur. Un pas en arrière qui montre une nouvelle stratégie pour combattre le variant Delta.

Le document, encore interne mais qui devrait être rendu public dès ce vendredi, laisse également entendre que cette recommandation pourrait ne pas être suffisante. Les données suggèrent que les personnes immunodéprimées doivent porter des masques y compris dans les endroits où la transmission du virus est faible, de même que les personnes vaccinées en contact avec de jeunes enfants, des personnes âgées ou vulnérables.

1 000 fois plus de charge virale qu'avec la souche de base

Selon une récente étude, la quantité de virus chez une personne infectée par le variant Delta est 1000 fois supérieur à celle observée chez les personnes infectées par la souche originelle du Covid-19 et 10 fois plus que chez les personnes atteinte par la variant Alpha (apparu pour la première fois au Royaume-Uni).

Pour réaliser cette enquête, le CDC américain s'est penché sur une épidémie dans le Massachusetts où les festivités du 4 juillet, jour de fête nationale aux États-Unis, ont conduit à 882 cas positifs, alors que 74% des participants étaient vaccinés. L'agence s'est également basée sur les donnée du Covid-19 Sports and Society Workgroup, qui teste plus de 10 000 personnes par jour et séquence toutes les infections. 

Un nouveau défi de communication

Les conclusions de l'étude suggèrent que les personnes vaccinées exposées au virus doivent se faire tester même si elles n'ont pas de symptômes. La présentation met en évidence le défi de communication auquel le CDC va devoir faire face : montrer que ces données ne signifient pas que les vaccins sont inefficaces car ils évitent grandement les cas graves et la mort, tout en admettant que les personnes vaccinées transmettent le virus, surtout avec le variant Delta. Le CDC rappelle que 97% des personnes hospitalisées aux États-Unis pour cause de Covid-19 ne sont pas vaccinées contre la maladie.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Je le crie avec force : la vaccination est une obligation"

Les personnes vaccinées porteraient autant de charge virale dans le nez que les personnes vaccinées mais lorsque le virus essaie de se faufiler jusqu'aux poumons, les cellules immunitaires des personnes vaccinées parviendraient à éliminer l'infection avant qu'elle ne cause des dégâts. Pour le Dr Frances Lund, immunologiste et chercheuse à l'Université de l'Alabama, cela signifie que les personnes vaccinées devraient être infectées et contagieuses moins longtemps que les non-vaccinées, explique-t-elle au New York Times. "Mais cela ne veut pas dire que lors des premiers jours de l'infection, ils ne peuvent pas transmettre le virus", précise-t-elle. 

La vaccin en spray nasal, une solution ?

Pour arrêter le virus là où il entre, certains experts préconisent des vaccins sous forme de spray nasal pour permettre d'éliminer la charge virale présente dans les narines et permettrait aux personnes vaccinées de ne plus être contagieuses. 

À LIRE AUSSI >>> Covid-19 : Comment fonctionnent les vaccins sous forme de spray nasal ?

"Le vaccin 1.0 permettrait de prévenir la mort et l'hospitalisation et le vaccin 2.0 empêcherait la transmission", a déclaré le Dr Michal Tal, immunologiste à l'Université de Stanford.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles