Le Covid et son vaccin au coeur des voeux présidentiels africains

·4 min de lecture

Tour d'horizon de ce passage obligé pour les chefs d'État. L'occasion pour eux de prononcer un discours de rassemblement et de rassurer les populations sur le futur sanitaire de leur pays en 2021.

Au Burkina Faso, le président Roch Marc Christian Kaboré rappelle à ses compatriotes la nécessité d’observer les mesures destinées à lutter efficacement contre le virus pour « prendre le dessus sur la pandémie ».

Idem pour le président Denis Sassou Nguesso qui a invité les Congolais à la retenue dans les festivités de fin d'année pour ne pas mettre en danger leur « capital le plus précieux, celui de la santé ».

De son côté, Ali Bongo Ondimba a souhaité que les Gabonais soient parmi les premiers Africains à bénéficier des vaccins contre le coronavirus. Et le président Togolais Faure Gnassingbé a quant a lui assuré qu'une fois disponibles, les vaccins iraient prioritairement aux personnes vulnérables et aux personnels soignants.

Au Niger, le premier jour de l'année devrait être celui de la proclamation des résultats du premier tour de la présidentielle et des législatives de dimanche dernier par la Commission électorale nationale indépendante. Dans un message à la nation à l’occasion du Nouvel An, le président nigérien (qui passera la main en avril) a notamment évoqué ce double scrutin, ainsi que les élections municipales et régionales du 13 décembre. Mahamadou Issoufou a salué le civisme et la maturité politique des Nigériens. Le chef de l’État a également évoqué une année difficile sur les plans sécuritaire et sanitaire. Mahamadou Issoufou a indiqué que ce 1er janvier serait un jour historique pour le continent, « car vont démarrer les échanges dans le cadre de la Zlecaf ».

Enfin, deux messages politiques pour conclure. Celui d'Alassane Ouattara qui a salué le dialogue national avec les forces de l'opposition ivoiriennes. le chef de l’État sénégalais Macky Sall a pour sa part affirmé qu'il continuerait à rassembler les forces et les intelligences au service du destin du pays. Des paroles qui font échos à la récente entrée d’opposants dans le gouvernement en novembre dernier.

La promotion de l'Union sacrée au coeur des voeux présidentiels

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

En République démocratique du Congo (RDC), le président Félix Tshisekedi a adressé ses vœux aux Congolais. « L’heure n’est plus à la distraction mais au travail », a affirmé le chef de l’État.

Félix Tshisekedi n’a pas manqué de rappeler la fin de la coalition entre sa plateforme Cach, et celle de son prédécesseur, Joseph Kabila. Le tout alors que la désignation d’un informateur qui doit identifier la nouvelle majorité est toujours attendue et que le Premier ministre Sylvestre Ilunga, issu du camp Kabila campe sur sa fonction.

Le président Félix Tshisekedi a profité de ces vœux de fin d’année pour une nouvelle fois promouvoir son Union sacrée qui peine à prendre forme.

« Les zones de turbulence traversées tout au long de l’année 2020 par la coalition FCC-Cach qui a fini par éclater, loin de créer une fracture insurmontable entre acteurs politiques de deux camps, ont fait naître une nouvelle dynamique autour de l’Union sacrée de la nation. Cet éveil patriotique que je salue parce qu’il ne tourne pas autour d’un individu mais plutôt autour d’une cause, le salut du peuple, constitue une fierté nationale. »

Aux élus, notamment ceux de l’opposition et du camp Kabila qui ont rallié sa dynamique, Félix Tshisekedi lance un message rassurant : « la nation vous sera reconnaissante. »

Tshisekedi fait un constat et des promesses : les efforts accomplis en 2020 vont être accrus en 2021 pour rencontrer « les attentes légitimes du peuple mises à rude épreuve ». Ses priorités : l’amélioration de la situation sécuritaire et des infrastructures.

2021, c’est aussi l’année durant laquelle la RDC sera plus sollicitée sur le continent, a-t-il prévenu. Dans quelques semaines, Tshisekedi prendra les rênes de l’Union africaine. Il appelle les Congolais à capitaliser les opportunités de développement économique et sociale qu’offrirait son passage à la tête de l’organisation.

Félix Tshisekedi veut également mettre en avant-plan la problématique de l’insécurité. Explication avec Alphonse Tumba Lwaba, coordonateur du panel chargé d’accompagner le mandat de la RDC à la tête de l’Union africaine.