Covid: Véran a fini par changer de pied sur la vaccination sur son lieu de vacances

·1 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

VACCINATION - Dans la pratique, prendre rendez-vous dans un centre de vaccination, près de chez soi ou de son travail, et réserver sur internet sa seconde injection anti Covid-19 aux alentours de son lieu de vacances estivales était déjà possible mais n’était pas la règle. Logique et pratique. Mais les autorités en avaient décidé autrement.

Prenant le risque de décourager ou de retarder la décision des plus hésitants, la règle fixée par le gouvernement obligeait jusqu’à présent les patients à recevoir leurs deux injections dans le même centre. Un casse-tête pour les vacanciers dont le rappel vaccinal coïncide avec leurs congés d’été.

Paradoxe

“La règle générale, c’est que la deuxième dose a lieu dans le centre où on fait sa première dose”, a longtemps insisté le ministère de la Santé en justifiant cette contrainte notamment par des difficultés logistiques d’approvisionnement. Et pour bien faire comprendre que “prendre sa deuxième dose dans un autre endroit où on va aller passer ses vacances (...) doit être l’exception”, Olivier Véran a brandi entre mai et juin toujours le même exemple azuréen.

“On ne va pas demander aux médecins et aux pompiers varois de vacciner toute la population française pendant l’été. Ils ont d’autres missions à conduire”, répétait à l’envi le ministre de la Santé, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête cet article.

De son côté, le porte-parole du gouvernement a manié le paradoxe. Tout en assurant le 28 mai au micro de France Info que les autorités allaient cet &e...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles