Covid : "Tant que ça ne les touche pas, les gens ne comprennent pas", déplore une infirmière

·1 min de lecture

Elle fait partie des premiers vaccinés contre le Covid-19, au compte-goutte, grâce aux doses AstraZeneca administrées depuis samedi au personnel soignant en France. Marie, une infirmière de 40 ans qui a reçu sa première dose à Lille, se sent "privilégiée" et "soulagée de pouvoir protéger les [siens]". Au micro d'Europe 1, elle lance aussi un appel à la solidarité et à la mobilisation collective. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 7 février

"Ils n'ont pas été touchés pour être aussi bêtes"

"J'ai sauté sur l'occasion, parce que si personne ne le fait, on ne sera jamais débarrassé de foutu virus", témoigne la quadragénaire, en première ligne depuis près d'un an face à l'épidémie. "Ça va être la troisième fois que je suis déployée face au Covid, j'ai vu des choses qui ne sont pas très jolies, j'ai vu des gens dans la tristesse, dans la peine." Or, selon la soignante, "tant que ça ne nous touche pas, les gens ne comprennent pas."

Face à certaines attitudes de scepticisme vis-à-vis du vaccin ou de relâchement des gestes barrières, "les soignants en ont marre", s'emporte-t-elle. "Les soignants sont fatigués psychologiquement, les soignants sont épuisés émotionnellement. Surtout quand on voit des gens qui n'en ont rien à faire, on se dit : 'Mais ce n'est pas possible, ils n'ont pas été touchés pour être aussi bêtes'."

L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Le variant anglais engendrerait des symptômes un peu différents

> Déconseillé aux plus de 65 an...


Lire la suite sur Europe1