La Covid sévère n'est pas un syndrome de détresse respiratoire comme les autres

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique
·2 min de lecture

La défaillance des organes et les dégâts observés après une Covid sévère ou critique, que le patient meure ou survive, ne seraient pas dus à une tempête de cytokine. Si cela fait quelques mois que la recherche scientifique s'est rendu compte que la physiopathologie était probablement différente dans cette nouvelle maladie, une récente méta-analyse parue dans The Lancet Respiratory Medicine nous donne à voir une analyse comparative entre la Covid-19 sévère et critique et d'autres troubles connus pour déclencher un orage cytokinique tel que le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) sans rapport avec la Covid-19, la septicémie, et le syndrome de libération de cytokines induit par les lymphocytes T via le récepteur d'antigène chimérique.

L'inflammation provoquée par la Covid-19 n'est pas semblable aux autres syndromes similaires connus. © jijomathai, Adobe Stock
L'inflammation provoquée par la Covid-19 n'est pas semblable aux autres syndromes similaires connus. © jijomathai, Adobe Stock

Des concentrations en IL-6 jusqu'à 100 fois plus faibles chez les patients Covid-19

Des chercheurs venant des quatre coins des États-Unis sont partis du constat qu'aucune comparaison n'avait été réalisée entre le taux d'interleukine-6 observé dans la Covid-19 sévère et d'autres troubles similaires. En effet, ce sont les anciens troubles connus qui sont d'abord « venus éclairer notre compréhension » de ce qu'il se passait durant la phase critique de la Covid-19. Pourtant, très vite, les équipes médicales ont vu des particularités apparaître, suggérant que la phase critique de la maladie n'était pas totalement similaire aux autres affections analogues.

Pour amener de la rigueur dans ces constatations préliminaires, ces scientifiques américains ont comparé 25 études chez des patients Covid critique et 12 études chez des patients ayant l'un des autres troubles cités en préambule. Cette comparaison est nécessaire pour confirmer les observations cliniques des médecins. De même, l'engouement sur certains traitements comme le tocilizumab, dont l'efficacité propre semble faible voire inexistante sur des...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura