Covid en République Tchèque: les crématoriums bientôt débordés

·1 min de lecture

La République Tchèque figure parmi les pays les plus touchés par la pandémie ces dernières semaines et dans ce pays d’Europe centrale relativement épargné par la première vague, le coronavirus fait de plus en plus de victimes. À l’heure actuelle, les pompes funèbres et les cimetières doivent redoubler d’efforts.

Avec notre correspondant à Prague, Alexis Rosenzweig

Dans un des crématoriums de Prague, un nouveau cercueil est incinéré en cet automne anormalement chargé. Depuis le début de l’épidémie en République Tchèque, le nombre de décès liés au virus vient de passer la barre des 6000, avec environ 200 morts par jour depuis quelques semaines dans ce pays d’un peu moins d’onze millions d’habitants.

Oldriska Dvorackova travaille pour l'administration des cimetières de Prague, elle a constaté la hausse de la demande depuis peu, avec des régions plus touchées que d’autres : « Dans beaucoup d’endroits le nombre de décès en augmentation entraîne des problème au niveau des crémations. »

La crémation est la technique funéraire privilégiée par les Tchèques, qui sont confinés depuis quelques semaines et contraints de limiter toute cérémonie à dix personnes. « Les gens ont cessé de commander des funérailles classiques dans les salles de cérémonie. Ils décident maintenant de reporter la veillée jusqu'au jour où ils mettront l'urne avec des cendres dans la tombe » explique Oldriska Dvorackova.

Heureusement, à en croire le ministère tchèque de la Santé, le pic de l’épidémie aurait déjà été atteint et la première levée des mesures sanitaires est prévue pour cette semaine.