Covid: le prototype d'un masque pour la pratique sportive a été présenté

GL et RR avec ML
·3 min de lecture
La ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu - @IconSport
La ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu - @IconSport

La ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu a assisté ce samedi, depuis la salle d'escalade Arkose, à Paris, à la présentation par l'AFNOR (Association française de normalisation) du prototype d'un masque destiné à l'activité sportive. Une explication sur les normes que devront respecter les industriels désireux de développer et commercialiser ce type de masque. Concernant le prototype du masque présenté, il doit encore être homologué dans les prochaines semaines avant de pouvoir être commercialisé pour le grand public.

"Le ministère des Sports a souhaité s’engager dans la prospective. Si on doit gérer cette crise en étant réactifs, on doit aussi regarder au long terme. Dès que la situation sanitaire permettra de reprendre le sport partout, à l’extérieur et à l’intérieur, il sera essentiel de le faire en toute sécurité. Ce masque, qui peut être considéré comme un masque de la deuxième génération, permettra de reprendre le sport avec un masque en respectant les gestes barrières. Ce n’est pas ce qui permettra de reprendre le sport demain en intérieur mais c’est un outil", a précisé Roxana Maracineanu.

"Une solution pour d’autres secteurs d’activité"

"C’est un masque qui permet que le tissu n’aille pas sur la bouche quand on respire. Il permettra de bouger en toute sécurité. Il n’est pas destiné qu’au sport, on peut penser aussi au chant, à la chorale, à des métiers qui demandent des efforts importants. Il peut être une solution pour d’autres secteurs d’activité", a-t-elle ajouté.

L'initiative a été lancée par une pré-étude en juin 2020 menée par Decathlon, en accompagnement avec le ministère des sports Sports, l’Afnor (l'Association française de Normalisation) ainsi que l’Union Sport et Cycle. L'Afnor a publié un référentiel pour lister les normes à respecter pour la production d'un masque destiné à la pratique sportive.

"Pour le masque barrière de sport, on a défini des éléments de respirabilité pour l'effort physique. Il faut qu'on puisse ventiler sous le masque. On fournit des objectifs, une sorte de cahier des charges. Nous voulons donner des éléments de performances pour que les pouvoirs publics puissent définir des exigences et pour que les industriels se positionnent par rapport aux niveaux de performances. On est encore au niveau des prototypes. Je pense que dans le mois qui vient nous aurons ce type de masque sur le marché. La balle est dans le camp des industriels", a souligné Olivier Peyrat, directeur général de l'association Française de Normalisation (Afnor).

Salomon et Decathlon déjà sur le coup

Le masque doit répondre à plusieurs exigences, notamment celle de rester conforme après dix cycles de lavages. Il ne permettra pas pour autant la réouverture des salles de sports. Plusieurs industriels sont déjà intéressés par la commercialisation ce masque sportif. L’entreprise Chamatex, PME de l’Ardèche spécialisée dans le textile, a par exemple mené un travail de neuf mois pour concevoir un masque pour le sport de catégorie respectant les normes Afnor, qui sera commercialisé par Salomon d’ici une dizaine de jours. Il sera réutilisable et lavable cinquante fois à 60 degrés.

Decathlon est également sur le coup. Le géant de la distribution d'articles de sport prévoit de proposer à la vente un masque "à la fin du premier trimestre 2021", conçu à partir d’un complexe de tissus en polyester recyclé. "Lors de sa commercialisation, le masque sera proposé en plusieurs tailles adultes et destiné à diverses disciplines sportives (d’extérieur et en salle). Conformément au référentiel, le masque sera lavable au minimum 10 fois", a fait savoir Decathlon dans un communiqué.

Article original publié sur BFMTV.com