Covid-19 : à quoi pourraient ressembler les prochains mois en France ?

·5 min de lecture
En raison de la situation sanitaire qui s'améliore en France ces dernières semaines, le nombre de centres commerciaux soumis au pass sanitaire baisse de 178 à 64.

Alors que la 4e vague est stabilisée en France depuis plusieurs jours et que le taux d'incidence est en baisse, le gouvernement espère un retour à la vie normale prochainement mais la bataille n'est pas encore gagnée. Yahoo Actualités fait le point.

Depuis plusieurs jours, l'exécutif se veut rassurant sur la situation épidémique. Jean Castex estimait mardi dernier que la France était sur "le bon chemin" d'un retour à la "vie normale", grâce notamment aux bons chiffres de la vaccination. Le Premier ministre a évoqué une quatrième vague "maîtrisée à ce stade" et fait preuve d'optimisme. Même si ce n'est pas la première fois depuis le début de la pandémie que le gouvernement multiplie les messages d'espoir. Mais peut-on cette fois-ci vraiment espérer d'un retour prochain à la normale ? 

Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, partage l'avis de Jean Castex en déclarant que la France n'est "pas très loin du retour à une vie proche de la normale", sur les antennes de BFM TV, tout en appelant les Français à faire preuve de vigilance. Il faut dire que cet optimisme est de mise grâce à une épidémie qui évolue favorablement. "On a une quatrième vague qui évolue favorablement puisqu'on a baissé le nombre de cas de 20% en une semaine", a déclaré le directeur général de la santé Jérôme Salomon, également sur BFMTV.

La rentrée scolaire, un tournant dans les semaines à venir

Si la situation s'améliore depuis la mi-août l'exécutif est conscient qu'il reste du travail à accomplir pour que l'épidémie soit derrière nous, d'autant plus au moment de la rentrée scolaire. Ayant eu lieu jeudi 2 septembre, le retour des enfants à l’école pourrait faire repartir les contaminations à la hausse comme ce fut le cas lors de la rentrée 2020. 

Interrogée par Le Figaro, Vittoria Colizza, directrice de recherches à l’Inserm et spécialiste en modélisation des maladies infectieuses, redoute cette rentrée : "La rentrée de septembre avec les retours de vacances et des écoles va apporter énormément de changements et risque de modifier la trajectoire épidémique". Dans les pays où les élèves sont retournés à l'école au mois d'août, des rebonds épidémiques ont d'ailleurs été observés, "même si la France aborde de manière plus favorable que d'autres pays cette période à risque", explique l'épidémiologiste Antoine Flahault à L'Express. Avec les rentrées universitaires qui approchent, les retours de vacances, la reprise du travail, le retour des brassages notamment dans les transports en commun et la fin de l'été incitant les gens à rester dans des lieux clos, les prochaines semaines vont être décisives dans la bataille contre le Covid-19. 

VIDÉO - Rentrée scolaire en France : faut-il craindre un rebond épidémique ?

Un nouveau confinement est-il possible ? 

Invité sur le plateau de l'émission C à vous sur France 5 et questionné sur la probabilité d'un éventuel nouveau confinement, Olivier Véran n'a pas écarté cette possibilité, même s'il admet qu'un nouveau confinement n'est pas à l'ordre du jour. "On ne peut pas savoir ce que l'avenir nous réserve. [...] Ce que je peux vous dire, c'est que nous ne sommes pas du tout sur la voie d'un confinement, et nous l'avons montré cet été avec la gestion de cette 4e vague, grâce encore une fois à la vaccination."

À LIRE AUSSI >>> Covid-19 : 47 000 décès auraient été évités grâce au vaccin, selon une étude

Même son de cloche du côté d'Alain Fischer, qui est confiant mais n'écarte aucune possibilité, surtout si un nouveau variant venait à faire son apparition : "Si on combine la vaccination, le fait de respecter raisonnablement les mesures barrières et peut-être aussi les nouvelles thérapeutiques... On est déjà en situation, on n'aura plus de confinement. Sauf nouveau variant, franchement... On a beaucoup d'éléments rassurants", a-t-il confié sur BFM TV. 

Doit-on craindre l'arrivée d'un nouveau variant ? 

Fortement transmissibles, les variants Alpha et Delta ont en grande partie été responsables des dernières vagues épidémiques de Covid-19. Il est très probable que de nouveaux variants fassent leur apparition, comme le variant Mu, détecté pour la première fois en Colombie. Ce dernier ne semble pas plus transmissible, mais il présente des mutations qui pourraient indiquer un risque d'"échappement immunitaire". C'est pour cette raison qu'il fait l'objet d'une surveillance particulière par l'OMS, qui surveille également d'autres variants qui pourraient être susceptibles de favoriser le déclenchement d"une nouvelle vague. 

Pour Jean-François Delfraissy, qui estime qu'un "retour à la normale" est envisageable pour 2022, voire 2023, il ne fait aucun doute qu'un nouveau variant fera son apparition l'hiver prochain à cause des "capacités de mutation hors norme" du coronavirus. En revanche, rien ne peut indiquer s'il sera plus dangereux ou plus transmissible que les variant que nous connaissons actuellement. 

Le pass sanitaire va-t-il être prolongé ?

Tant que le pass sanitaire sera en place, il est impossible d'envisager un retour à la vie normale. À ce jour, il est instauré jusqu'au 15 novembre mais Emmanuel Macron "n’exclut pas" sa prolongation. Dans ce cas, un projet de loi sera nécessaire, il devrait être débattu pendant la deuxième quinzaine d'octobre. Lors de son déplacement à Marseille, le chef de l'État a déclaré que "si l’épidémie est encore présente dans les semaines qui viennent, il faudra se laisser cette possibilité [de prolonger le pass sanitaire] pour les territoires qui sont les plus touchés". 

De son côté, le ministre de la Santé avait affirmé : "Ce pass ne peut être prolongé au-delà du 15 novembre, sans quoi il nous faudrait un nouveau texte de loi, qui serait à nouveau débattu au Parlement. Je ne dis pas que ça ne peut pas arriver, ça pourrait arriver si le Covid ne disparaissait pas de nos vies dans les trois prochains mois". Autrement dit, il y a de fortes chances que le pass sanitaire soit prolongé dans les semaines à venir.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles