Covid : « Nous pourrions payer très cher tout relâchement », dit Attal

Source AFP
·1 min de lecture
Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a averti que les Français pourraient « payer très cher toute forme de relâchement » face aux règles sanitaires en vigueur.

« La situation reste si fragile qu’un rien peut la faire basculer », a mis en garde le porte-parole du gouvernement, à l’issue du conseil des ministres.

Gabriel Attal appelle les Français à poursuivre leurs efforts pour faire face à la crise du coronavirus. Ce mercredi 17 février, le porte-parole du gouvernement a averti qu'il serait « totalement déraisonnable » de réduire les efforts contre le Covid-19, car les Français pourraient « payer très cher toute forme de relâchement ». « La situation reste si fragile qu'un rien peut la faire basculer » et « la vigilance reste de mise » car « la pression hospitalière reste très forte », a-t-il précisé à l'issue du conseil des ministres qui avait été précédé d'un conseil de défense sanitaire de suivi de la pandémie.

Comme prévu, le porte-parole n'a pas annoncé de nouvelles restrictions alors que les contaminations se sont stabilisées à un niveau élevé ces deux dernières semaines. Gabriel Attal a de nouveau salué « la très grande responsabilité des Français » qui « ont su déjouer les pronostics », notamment ceux de nombreux scientifiques qui tablaient sur une aggravation de la situation à cause de l'apparition de variants du virus. Face à une « épidémie imprévisible », « nous ne sommes pas » à l'heure d'envisager l'assouplissement des restrictions et des réouvertures dans certains secteurs, comme la restauration ou les lieux culturels, a-t-il souligné en précisant que le ministre de la Santé, Olivier Véran, fera un nouveau point de la situation jeudi.

À LIRE AUSSI Déplacements des Français : le couvre-feu inutile ?

Le nombre de nouveaux cas positifs au Covid-19 dépasse [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :