Covid : en Moselle, l'hypothèse de restrictions localisées resurgit

·2 min de lecture

En visite en Moselle vendredi pour "évaluer la situation" sanitaire du département, Olivier Véran s'est engagé à prendre des mesures face à la propagation des variants si cela s'avérait nécessaire. Une annonce en forme de déception pour certains élus locaux, dont le maire de Metz, qui réclament un reconfinement strict immédiatement.

Il ne cache pas sa déception. Alors que le maire de Metz François Grosdidier appelait vendredi matin sur Europe 1 à un reconfinement "vrai, fort, comme en mars-avril", il va devoir attendre. Jeudi, Olivier Véran a tiré la sonnette d'alarme sur la situation sanitaire en Moselle, qui recense plus de 300 cas de variants brésilien et sud-africain en seulement quatre jours. En visite vendredi après-midi pour "évaluer la situation" sur place, le ministre de la Santé n'a toutefois pas annoncé de restrictions dans l'immédiat.

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation vendredi 12 février

"La réponse n'était pas prête"

"Je vais désormais continuer la consultation et notamment discuter de la question des écoles avec mon homologue Jean-Michel Blanquer. Et je me suis engagé à revenir très rapidement vers les élus du territoire pour envisager avec eux de pousser la concertation sur des mesures éventuelles, si nous estimions qu'elles devaient être nécessaires", a déclaré le ministre à la presse à l'issue de son déplacement.

Un résultat bien en deçà des attentes de François Grosdidier, qui dénonce sur Europe 1 une perte de temps. "Il y avait un consensus entre tous les élus pour demander à Olivier Véran l'avancée des vacances scolaires à vendredi soir, mais la réponse n'était pas prête", fustige-t-il. Or la décision est d'autant plus attendue que "les collectivités devront [le cas échéant] s'organiser pour pouvoir accueillir les enfants des soignants".

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu pourrait également vous intéresser :