Covid : le maire de Grenoble dénonce un "problème de rapidité" du côté de l'exécutif

·1 min de lecture

La région Auvergne-Rhône-Alpes, l'une des régions les plus touchées par l'épidémie de Covid-19, envisage d’ici les deux prochaines semaines le transfert de 200 patients vers les hôpitaux d’autres régions. À Grenoble, en Isère, la situation est bien plus alarmante que lors de la première vague. "Nous avions été épargnés. À Grenoble, durant la première vague, il y a eu moins de morts que la moyenne des cinq dernières années", a relevé au micro d’Europe 1 le maire EELV Éric Piolle. "Là, les chiffres ont explosé", constate encore l’édile, qui dénonce "un problème de rapidité de décision" de la part de l’exécutif.

"Je suis partisan de mesures strictes. Il faut agir vite", soutient l’élu qui dénonce encore "le temps perdu au mois de septembre et d’octobre", avec des mesures contre-productives selon lui, comme la fermeture des bars qui aurait poussé les jeunes, estime encore Eric Piolle, à se réunir dans de petits appartements.

 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 8 novembre

La patinoire réquisitionnée pour conserver les cercueils ?

À Grenoble, pour faire face à la hausse de la mortalité liée au Covid, le maire envisage désormais de réquisitionner la patinoire. "On ne sait pas si on va l’utiliser. On est encore sur des petits nombres, on parle d’une quinzaine de décès par jour, mais là où il y en a d’habitude cinq, ça devient très vite un problème. Il faut trouver des solutions pratiques opérationnelles", précise-t-il.

 25 lit de réanimation...


Lire la suite sur Europe1