Covid : l'isolement des malades en fin de vie à l'hôpital, une souffrance pour les familles

·1 min de lecture

C'est un témoignage fort, preuve d'une souffrance immense. Mardi sur notre antenne, la comédienne Stéphanie Bataille racontait comment l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière lui a interdit de dire adieu à son père, mort du coronavirus au début du mois de janvier. Dans cet entretien mené par Patrick Cohen, elle y dénonçait "une politique d'énarque" et racontait son combat pour que "l'humanité revienne au centre de notre société". Comme la fille d'Étienne Draber, Ayad a perdu son père à cause du coronavirus au tout début de l’épidémie, sans avoir pu lui dire au revoir. Dix mois plus tard, il n’a toujours pas pu faire son deuil.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mercredi 27 janvier

"Même les animaux on les accompagne"

"Le pire, c'est de ne pas pouvoir le voir, ne pas demander pardon, ne pas l'accompagner. On ne sait pas s'il est mort dans son sommeil, s'il a souffert...", raconte-t-il au micro d'Europe 1. "Pourquoi on nous a refusé de le voir derrière une vitre ou même de loin ?", demande-t-il. "La mort est inévitable, mais il y a des conditions ! Même les animaux, on les accompagne ! On est des êtres humains, on a des sentiments." Alors Ayad "en veut à l'hôpital de lui avoir refusé de faire ses adieux, mais aussi au gouvernement. "Il ne faut pas que ça arrive aux autres, laissez les gens voir leur malade! "

L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Quelle place pour le télétravail après le coronavirus ?

> Les adolescents sont-ils des vecteurs de contamination ...


Lire la suite sur Europe1