Covid : l'Inde manque d'oxygène

C'est une vision d'enfer qui s'impose aux habitants de New Delhi, qui doivent brûler leurs morts, selon le rituel indou. Les crématoriums y sont bondés, et les défunts doivent être incinérés en masse : la capitale subit une vague-record de contaminations du virus Covid 19, accélérée par un variant local particulièrement inquiétant. 350 000 personnes y ont été déclarées contaminées le 25 avril, un record mondial. L'oxygène manque L'une des conséquences directes de cette flambée est le manque de bouteilles d'oxygène dans le pays. Des queues s'organisent devant les hôpitaux et commerces en pénurie. "Il y a un an, on aurait pu comprendre cette situation. Là, on a eu le temps de se préparer, et le gouvernement n'a rien fait" déplore un habitant. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Union européenne ont promis de débloquer des aides d'urgence pour subvenir aux besoins de matériel médical et en oxygène. Le gouvernement indien a décidé de prolonger le confinement d'une semaine à New Delhi.