Covid: l'alerte de l'Institut Pasteur sur une 4e vague à l'automne

·1 min de lecture

SCIENCE - Tout va bien, mais jusqu’à quand? Il faut remonter au mois d’août 2020 pour trouver des chiffres de l’épidémie de Covid-19 en France aussi positifs qu’aujourd’hui. Pourtant, croire que nous en avons fini avec le coronavirus serait une grave erreur. Dans une étude publiée ce mardi 29 juin, l’Institut Pasteur a justement tenté d’imaginer ce qui pourrait se passer à l’automne prochain, avec le retour du mauvais temps qui sied si bien à la propagation du virus.

Et malheureusement, les modèles ne sont pas spécialement optimistes, même en prenant comme hypothèse une population vaccinée dans les proportions visées par le gouvernement et un variant Delta (ou autre) dont la contamination serait moindre que redoutée. Dans ces conditions, les hôpitaux pourraient être touchés par une vague de malades aussi importante que celle de novembre 2020, si aucune mesure de contrôle n’est mise en œuvre. Des perspectives bien moins optimistes que les scénarios de l’Institut Pasteur, qui évoquaient en mai un été sans nuage.

Comment est-ce possible, malgré l’avancée de la vaccination? Si les injections protègent énormément, le vaccin n’est pas parfait et, surtout, tout le monde ne sera pas vacciné. “Les non-vaccinés contribuent 12 fois plus que les vaccinés à la transmission du virus”, notent les chercheurs pour expliquer qu’une nouvelle vague pourrait avoir lieu. 

Une vague différente, mais pas moins grande

Cela peut sembler étrange au premier abord de se dire que dans plusieurs mois, les hôpitaux pourraient à nouveau voir arriver des milliers de malades du Covid-19 chaque jour. Pour bien comprendre, “il suffit de se...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles