Covid : l’Europe centrale dans la tourmente

·1 min de lecture

Premiers du continent européen dans les chiffres de morts du Covid, les pays du groupe de Visegrad – Hongrie, Slovaquie, République tchèque et Pologne – ne savent plus à quel saint se vouer. Les uns sombrent dans une crise gouvernementale, les autres se replient sur eux-mêmes et se barricadent, tandis que certains cèdent aux sirènes du vaccin russe Spoutnik V. État des lieux à la fin du mois de mars.

Quel contraste avec le mois de mars 2020 ! Alors, le monde entier portait un regard admiratif sur les Tchèques et les Slovaques (qui ne déploraient alors aucun mort) pour avoir rendu le port du masque obligatoire dans l’espace public – un défi relevé avec succès par ces populations, rompues à la débrouille à l’époque communiste, qui fabriquaient et cousaient elles-mêmes leurs masques. Le Premier ministre tchèque Andrej Babis invitait même Donald Trump, dans un tweet un brin impertinent, à imiter les Tchèques. Un an plus tard, tous ces pays sont submergés par les différents variants du virus et limitent autant que possible les déplacements sur leur territoire. La gestion de l’épidémie par les autorités y est souvent contestée.République tchèque : deux ministres menacés d'être limogésAinsi, le Premier ministre tchèque est très critiqué pour avoir commandé, dans le cadre européen, un tiers de vaccins en moins, soit 12,5 millions de doses, que le quota prévu. Toujours prompt à se tourner vers l’Est, le très russophile président Milos Zeman a alors proposé de demander à...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Les Français boivent plus souvent depuis le début de l'épidémie : le Covid, meilleur ami des cavistes

"Les psys, premières lignes oubliées du Covid"

Aux États-Unis, après un an de Covid, le taux d'homicide explose

Origines du Covid : l’OMS veut une enquête sur la théorie d’une fuite d’un laboratoire chinois

"Objectif Zéro-Covid : sommes-nous prêts à confiner le pays pendant 4 mois pour l'atteindre ?"