Covid en France: Jean Castex annonce une prime pour les travailleurs de «seconde ligne»

·2 min de lecture

La prime Macron fait son retour, cette fois pour les travailleurs dits de la « deuxième ligne ». Tous les salariés de secteurs exposés au public et au danger sanitaire depuis un an mais qui jusqu'ici n'avaient pas fait bénéficié d'un soutien particulier. Les employés de supermarchés, ceux des transports, ou les ouvriers du bâtiment, pourront se voir verser une prime défiscalisée pouvant aller jusqu’à 2 000 euros. C'est l'une des annonces faites à Matignon ce lundi soir, à l'issue de la troisième conférence sociale réunissant le gouvernement et les partenaires sociaux. Pour les jeunes, particulièrement fragilisés par la crise, le dispositif d'aide à l'embauche est prolongé.

Caissiers de supermarchés, agents d'entretien, ouvriers du bâtiment, ils n'ont pas été en première ligne comme le personnel soignant mais au-devant du public et donc très exposés au virus. C'est pour prendre en compte cette réalité que le gouvernement ressort l'idée d'une prime. Son montant pourra aller jusqu'à 1 000 euros pour « tous leurs salariés » des secteurs exposés.

À l'issue de la conférence sociale avec les syndicats et les représentants des patrons, le Premier ministre Jean Castex a même précisé que cette prime pourrait atteindre 2 000 euros pour certaines entreprises qui réalisent des efforts en vue de valoriser ces métiers.

La prime défiscalisée et exonérée de cotisations sociales n'est qu'une proposition et n'a rien d'obligatoire. Elle pourrait coûter à l’État un effort budgétaire de 2,4 milliards d'euros selon les calculs de Matignon.

Par ailleurs, Jean Castex a aussi annoncé le prolongement de deux dispositifs d'aide à l'accès des jeunes au monde du travail. Les aides à l'apprentissage, maintenues jusqu'à la fin de l'année, et la prime à l'embauche qui se poursuivra jusqu'au 31 mai.

À lire aussi : Paris convoque une conférence du dialogue social pour penser à la sortie de crise