Covid: la fin du masque dans les transports ne convainc pas ces médecins

Des usagers du métro parisien, le 8 octobre 2020. (Photo: Chesnot via Getty Images)
Des usagers du métro parisien, le 8 octobre 2020. (Photo: Chesnot via Getty Images)

Des usagers du métro parisien, le 8 octobre 2020. (Photo: Chesnot via Getty Images)

CORONAVIRUS - Face à l’amélioration de la situation sanitaire, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé, ce mercredi 11 mai, la levée dès lundi de l’une des dernières mesures de lutte contre le Covid-19: le port du masque dans les transports. Une décision qui inquiète de nombreux médecins et divise le monde médical.

Yves Buisson, épidémiologiste et président de la cellule Covid-19 de l’académie nationale de médecine, a estimé mercredi sur BFMTV que “c’est une bonne nouvelle car cela traduit une situation plus favorable de l’épidémie”. Il reste néanmoins prudent, rappelant que le masque “sera toujours recommandé, notamment pour les personnes âgées et les personnes à risque”, comme l’a rappelé Olivier Véran.

De nombreux spécialistes de la santé appellent également les Français à la prudence, notamment face à la résurgence d’une nouvelle vague de Covid. “En ce moment, on est dans un creux, mais il est très probable d’avoir une nouvelle vague et une forte résurgence dans les prochaines semaines”, prévient Djillali Annane, médecin réanimateur, sur RMC.

Le ministre de la Santé a brièvement évoqué mercredi un possible retour en force de l’épidémie de Covid-19, en mentionnant notamment la possibilité d’une nouvelle campagne de rappel de vaccination à l’automne. Il s’est cependant gardé de donner tout détail, soulignant que tout dépendrait de l’apparition de nouveaux variants et de leur profil plus ou moins dangereux ou résistant aux vaccins existants.

“Pensons aussi aux immunodéprimées”

S’il estime que la fin du port du masque obligatoire dans les transports n’arrive pas “trop tôt”, il “regrette que cette annonce [...] ne s’accompagne pas d’une forte communication vers les personnes fragiles et leur entourage à continuer ces gestes fondamentaux de protection”.

Sur Twitter, Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, indique qu’il continuera à porter le masque et “invite tout le monde à le faire”. “On se protège mutuellement, avance-t-il. Pensons aussi aux personnes immunodéprimées et soyons solidaires avec elles.” Des messages également relayés par l’épidémiologiste de renom Dominique Costagliola.

Interrogé par BFMTV, Mircea Sofonea, maître de conférences en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses à l’Université de Montpellier, déplore également que la question de la “solidarité sanitaire” n’ait pas été abordée par le gouvernement.

Des associations de patients inquiètent

Dans Le Monde, Yvanie Caillé, fondatrice de l’association Renaloo, qui accompagne les personnes atteintes d’insuffisance rénale, regrette que “ces annonces [fassent] l’impasse sur les plus fragiles parmi les plus fragiles, sans être accompagnées d’aucun message de solidarité pour une protection collective”. Elle rappelle également que les malades les plus fragiles restent vulnérables au virus malgré la vaccination.

Mercredi, plusieurs associations de patients, dont SOS Hépatites & Maladies du foie, France Greffes Cœur Poumons et La ligue nationale contre le cancer, ont lancé un appel en faveur de la protection “des personnes sévèrement immunodéprimées” et pour relancer la campagne de vaccination de ces populations.

La lettre destinée aux sociétés savantes, au Conseil scientifique et au Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, rappelle que “les patients sévèrement immunodéprimés restent d’ailleurs toujours fortement sur-représentés parmi les personnes hospitalisées en réanimation pour cause de Covid-19”, et surtout que leur couverture vaccinale, tout comme leur accès aux différents traitements restent variables selon les régions.

À voir également sur Le HuffPost: sur les variants après Omicron, à partir de quand s’inquiéter?

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles