Covid: "Il faut tenir et penser à l'avenir", lance Castex à des étudiantes

·2 min de lecture
Le Premier ministre Jean Castex à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, le 25 avril 2021

"Il faut tenir et penser à l'avenir: ça va cesser tout ça, on va reprendre une vie normale", a lancé mardi le Premier ministre, Jean Castex, à deux étudiantes rencontrées lors d'un déplacement à Angers.

"Les étudiants s'accrochent, comme toute la population française", a souligné le chef du gouvernement, qui a longuement échangé avec deux étudiantes, l'une en fac de biologie, l'autre en fac d'espagnol.

Cours à distance, examens de fin d'année, repas à un euro, Jean Castex a multiplié les questions.

"Le repas à un euro, ça a été vraiment une aide plus que bienvenue, ça a été un soulagement, parce que beaucoup de nos camarades ont perdu leur emploi", a expliqué l'une des étudiantes.

Mais, quand le Premier ministre leur demande si leur université leur a proposé des tests Covid, l'enthousiasme disparaît: "Je sais qu'il y a un centre de dépistage, mais jamais l'université nous a proposé d'en faire. On n'a eu aucune communication dessus".

Jean Castex a assuré qu'il était "très personnellement" concerné par la question étudiante pour avoir deux filles en études supérieures.

Lors de ce déplacement à Angers, notamment dans un centre des Compagnons du devoir, le Premier ministre a par ailleurs présenté un "simulateur d'aides", destiné à calculer les aides auxquelles chaque jeune a droit en fonction de sa situation.

Baptisé "la boussole", "il doit permettre d'inverser le réflexe: désormais, le jeune nous dit qui il est et on lui dit comment on peut l'aider", a expliqué la secrétaire d'Etat chargée de la Jeunesse, Sarah El Haïry, aux côtés de la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

Lors d'une démonstration, deux jeunes apprentis ont confié découvrir certaines aides auxquelles ils avaient droit, notamment la gratuité des musées ou une aide financière pour partir en vacances. "Bon, les musées, les vacances, il va falloir attendre un petit peu...", a prévenu le Premier ministre. "Mais on va y venir..."

Mardi, à l'occasion d'une visite dans une école de Melun, Emmanuel Macron a esquissé devant des écoliers, des journalistes et des badauds ses pistes pour une réouverture par étapes à partir du 3 mai. Le chef de l'Etat s'entretient en fin d'après-midi avec une dizaine de maire en visioconférence sur les perspectives de réouverture.

pab/ib/nm