Covid: face à une légère amélioration, le gouvernement réfléchit à l'après

Laure FILLON, Stéphane ORJOLLET
·4 min de lecture

Le gouvernement étudie d'éventuels assouplissements au confinement, alors que la France enregistre un léger mieux sur le front de l'épidémie de Covid-19, dont le nombre de cas confirmés a dépassé la barre symbolique des deux millions.

"On fera les annonces dès que nous aurons calé les décisions" mais "il faut que les taux d'incidence continuent d'être orientés à la baisse, que les services de réanimation soient moins saturés", a déclaré le Premier ministre Jean Castex lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

Les annonces devraient intervenir la semaine prochaine, selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, alors que les appels se multiplient notamment pour la réouverture des petits commerces avant le 1er décembre, échéance fixée par Emmanuel Macron pour revoir, ou non, les modalités du confinement.

Les organisations professionnelles de commerçants brandissent le spectre de milliers de faillites dans un secteur malmené depuis deux ans par des crises à répétition, entre "gilets jaunes", grèves et premier confinement.

Lors du petit-déjeuner de la majorité mardi, M. Castex n'a pas exclu une telle réouverture dès le 27 novembre - date du "Black Friday" et coup d'envoi habituel des courses de fin d'année - si la situation sanitaire le permet, selon des participants. Une option également poussée par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Mais plus tôt mardi, son homologue de la Santé assurait de son côté ne pas avoir "d'éléments qui permettent de penser que nous pourrions les rouvrir le 27".

Car pour Olivier Véran, si le pays a "commencé" à observer une "décroissance de l'épidémie (...) cela ne veut pas dire que nous avons vaincu le virus ou que l'épidémie serait terminée".

"Vos efforts sont en train de payer, il ne faut surtout pas les arrêter, il ne faut surtout pas changer de cap", a martelé le ministre.

La France a d'ailleurs passé mardi le cap symbolique des deux millions de cas confirmés depuis le début de l'épidémie, avec 2.036.755 cas confirmés, pour près de 60 millions de tests réalisés depuis mars, selon le directeur général de la Santé Jérôme Salomon. Soit 45.552 cas de plus en 24 heures (les chiffres du début de semaine sont souvent hauts en raison de rattrapages du week-end).

Et même si le nombre de nouvelles contaminations est allé en diminuant ces derniers jours, la pression hospitalière reste forte avec "un nombre inégalé de 33.500 patients Covid hospitalisés", a insisté M. Salomon, dont 4.854 en réanimation. Le bilan des morts est d'au moins 46.273 à l'hôpital et en Ehpad.

Dans certains hôpitaux, la situation reste très tendue. "Nous travaillons à nouveau en +sur-régime+ depuis un mois et demi", raconte un réanimateur dans un hôpital de la région parisienne, qui s'inquiète aussi des déprogrammations d'opérations chirurgicales.

- Relance et sport -

Confronté à la crise sanitaire, le gouvernement doit aussi composer avec la crise économique et une explosion de la pauvreté.

L'Assemblée nationale a adopté en première lecture le projet de budget 2021, avec un plan de relance de 100 milliards d'euros pour faire face à une crise que le reconfinement devrait encore aggraver. La récession devrait atteindre de 9% à 10% sur l'ensemble de 2020, selon les dernières estimation de l'Insee.

Le sport professionnel et amateur, autre secteur frappé de plein fouet, a de son côté bénéficié d'un gros coup de pouce, avec près de 400 millions d'aides au total annoncées lors d'une longue visio-conférence entre Emmanuel Macron, Jean Castex, les ministres concernés et des acteurs du sport.

Le président a notamment souhaité une réouverture des clubs à partir de décembre pour les enfants et les adolescents et annoncé le lancement en 2021 d'un "pass sport" pour aider jeunes et personnes en situation de handicap à pratiquer, notamment en payant l'adhésion à un club.

- Campagne de vaccination -

Concernant les fêtes de fin d'année, le gouvernement se garde de tout pronostic. Mais la SNCF espère en savoir plus "fin novembre ou tout début décembre" pour préparer ses TGV pour les vacances de Noël, a fait savoir son PDG Jean-Pierre Farandou. Les fleuristes pourront vendre des sapins à partir de vendredi en extérieur.

Le gouvernement se penche par ailleurs sur la question de la vaccination, après l'annonce par les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech puis par la société américaine de biotechnologie Moderna d'une efficacité de leurs vaccins supérieure à 90%.

"On prépare une campagne de vaccination pour être prêts au moment où un vaccin sera validé par les autorités de santé européennes et nationales", a expliqué Gabriel Attal, en acquiesçant à la possibilité d'une campagne dès le début de l'année.

Nous travaillons "en terme de logistique (...) pour pouvoir commencer la vaccination au début de l'année 2021" "si le vaccin est efficace et sûr", a complété Olivier Véran.

laf-so/may/swi