Covid-19 : “L’ennemi n°1 de la santé publique” arrêté en Australie

·2 min de lecture
L'"ennemi n°1 de la santé publique" a été arrêté en Australie

Ce jeudi 26 août, la police australienne a annoncé la capture d’Anthony Karam, après dix jours de cavale. Ce jeune homme de 27 ans avait refusé de s’isoler après avoir été testé positif au Covid-19 et avait donné une fausse adresse aux autorités.

Fin de cavale pour Anthony Karam, que la police australienne avait qualifié d’“ennemi n°1 de la santé publique”. Testé positif au Covid-19, cet homme de 27 ans avait refusé de se confiner et avait donné une fausse adresse à la police avant de disparaître, rapporte le journal suisse Le Matin. Il a finalement été intercepté ce jeudi 26 août dans un appartement de Wentworth Point, en banlieue de Sydney.

En cavale depuis une dizaine de jours, Anthony Karam était recherché par un important dispositif policier. Dans une Australie où des mesures drastiques sont prises pour éviter de nouvelles vagues, les autorités avaient en effet mis un point d’honneur à empêcher ce “fugitif Covid” de propager la maladie dans le pays. La police de l’île-continent l’avait même affublé du surnom ronflant évoqué précédemment, digne de celui d'un tueur en série ou d'un grand braqueur de banques.

Une opération policière et médiatique

Rien de surprenant donc à ce que son arrestation se fasse en présence de plusieurs caméras et journalistes. Les policiers ont ainsi été filmés arrivant sur les lieux en tenues d’intervention, casques et boucliers à la main. Les images montrent ensuite Anthony Karam en combinaison de protection médicale avec masque et visière, encadrés par deux policiers dans la même tenue.

Selon la presse locale, le fugitif aurait déclaré s’être isolé quand même, pour ne contaminer personne. La peine qu’il risque est d’ailleurs encore inconnue à ce stade tant son délit est nouveau au sein de la société australienne.

Ce contenu peut également vous intéresser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles