Covid : cinq raisons de ne pas (trop) s'inquiéter des variants

·1 min de lecture

Il existe des milliers de variants du coronavirus SARS-CoV-2, dont cinq sont classés « préoccupants » (VOCs ou variants of concern) en France, c’est-à-dire qu’ils ont un impact sur la transmissibilité, la sévérité ou l’immunité. Huit sont classés « variants d’intérêt », cela signifie qu’ils ont des propriétés susceptibles d’avoir un impact sur la situation épidémiologique. Sept autres sont en cours d’évaluation. L’un de ces variants, ou un autre, pourrait-il occasionner une nouvelle épidémie ? Rien n’est moins sûr.

1. Les variants n’occasionnent pas à eux seuls des vagues de contamination

« Le variant apparaît dans les endroits où il y a des vagues épidémiques, donc il est systématiquement associé à une situation catastrophique. On fait une association d’idées en pensant que c’est le variant qui est responsable de cette situation. On a vu ça en Angleterre, au Brésil est maintenant en Inde, soulignait le 17 mai dernier, sur LCI, Martin Blachier, médecin et épidémiologiste. En réalité, ces vagues ont d’autres causes sous-jacentes, comme les rassemblements religieux massifs en Inde ». En France, le variant anglais n’a fait que remplacer la souche originale sans causer une explosion des contaminations. Ce dernier semble d’ailleurs particulièrement bien ancré puisqu’il représente toujours 80 % des contaminations en France malgré l’arrivée des nouveaux variants.

2. Les variants ne sont pas plus mortels

Après plusieurs études préliminaires prophétisant que le variant anglais était 55 à 64 % plus mortel que le virus d’origine, des études ultérieures ont finalement révélé que rien ne permettait de l’affirmer avec certitude. De même, on a pu observer un rajeunissement des patients atteints de forme grave avec l’arrivée du variant P.1 au Brésil. Mais cette évolution peut aussi s’expliquer par la progression de la vaccination chez les plus âgés et le fait que les jeunes s’exposent davantage. Et si le nombre de décès a explosé en février au Brésil, c’est en raison de la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles