Chasse aux variants: pourquoi la France est toujours à la traîne

Grégory Rozières
·Chef de rubrique Science et Environnement
·1 min de lecture
En retard sur le séquençage des variants, le gouvernement a accéléré depuis janvier, mais les résultats sont encore très mitigés (photo: Emmanuel Macron au Cap Frehel) (Photo: STEPHANE MAHE via REUTERS)
En retard sur le séquençage des variants, le gouvernement a accéléré depuis janvier, mais les résultats sont encore très mitigés (photo: Emmanuel Macron au Cap Frehel) (Photo: STEPHANE MAHE via REUTERS)

SCIENCE - Dans une guerre, tout stratège vous le dira, l’information est aussi importante que le fusil. Et face au coronavirus, la France a toujours cruellement manqué d’informations. Le nerf de la guerre en 2020, le test PCR, permettait d’avoir une vision globale de l’ennemi, de sa circulation, de sa localisation. La bataille de 2021, qui a déjà débuté, se jouera sur le terrain de la génétique.

Fin 2020, l’émergence de variants plus contagieux, voire plus virulents ou risquant d’échapper à l’immunité et aux vaccins, a montré au monde entier que le suivi des mutations du Sars-Cov2 serait nécessaire pour s’assurer un contrôle de l’épidémie de Covid-19. À l’époque, la France n’était pas préparée à l’arrivée du “variant anglais”.

4 mois et un confinement plus tard, les craintes se portent sur d’autres variants possiblement problématiques, détectés au Brésil, en Afrique du Sud ou, plus récemment, en Inde (même si leurs caractéristiques sont encore floues). Mais cette fois, la France est prête, à en croire le gouvernement. Le 22 avril, le ministre de la Santé Olivier Véran affirmait que “44.000 séquençages [de génomes du coronavirus, NDLR] ont été réalisés depuis février, 5000 la dernière semaine”. Ce qui placerait la France au “troisième rang européen”.

La réalité est bien plus nuancée. La surveillance des variants a certes progressé en quatre mois et les objectifs sont à la hauteur des enjeux, à savoir le contrôle de l’épidémie de Covid-19, ni plus, ni moins. Mais dans la ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.