Covid : boycott de l'opposition, coup de sang de Castex... journée houleuse au parlement

·1 min de lecture

Les discussions ont été houleuses, aussi bien au Palais Bourbon qu'à celui du Luxembourg. Jeudi, Jean Castex a défendu devant les députés, puis les sénateurs, les nouvelles restrictions adoptées contre la troisième vague de l'épidémie de coronavirus. Mais face à une opposition très remontée contre l'exécutif, et qui a d'ailleurs largement boycotté le vote final, le Premier ministre est sorti de ses gonds, fustigeant ce qu'il estime être un double discours de la part de ses opposants.  

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation jeudi 1er avril

"J'ai entendu chez beaucoup d'intervenants l'idée que, finalement, elles (ces mesures) seraient trop tardives, insuffisantes... Mais quelle était la musique de ces interventions ? 'Les commerces, ne les fermez pas', 'les stations de ski, ne les fermez pas', 'les universités, rouvrez-les', 'les établissements publics et culturels, 'rouvrez-les'. J'ai entendu ça depuis des semaines, et aujourd'hui, voilà que nous serions trop mous, trop tardifs, c'est formidable", a ironisé l'hôte de Matignon à l'Assemblée. 

Un large boycott du vote

Durant toute la séance, l'opposition, tous bords confondus, a tiré à boulets rouge sur l'exécutif. Dès les premières minutes de l'intervention du Premier ministre, des huées ont retenti à droite comme à gauche de l'hémicycle, et tous les groupes ont décidé de boycotter le vote dénonçant une "mascarade", comme le chef de file de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon


Lire la suite sur Europe1