Covid-19: la vitamine D pourrait-elle aider à lutter contre les formes graves?

·2 min de lecture

La vitamine D sert à assurer le bon fonctionnement du système immunitaire mais se jeter sur des compléments alimentaires ou des ampoules dans l'espoir de se prémunir du Covid n'a aucun sens, prévient le Dr Jérémy Descoux, fondateur du collectif No Fake Med.

Accessible, déjà prescrite à de nombreux patients, la vitamine D pourrait-elle aider à lutter contre le Covid ? Pas si vite, répondent de nombreux experts, qui soulignent que son utilité dans ce cadre n'est pas démontrée.

Souvent promue pour ses bienfaits réels ou supposés, la vitamine D fait régulièrement parler d'elle depuis le début de la pandémie de Covid 19 alors que le monde cherche désespérément un traitement.La semaine dernière, une tribune de médecins, très médiatisée, appelait "à supplémenter l'ensemble de la population française en vitamine D", parce que cela "pourrait contribuer à réduire l'infection par le Sars-CoV-2 ainsi que le risque de formes graves de Covid-19, de passages en réanimation et de décès".

Utile à la santé osseuse, la vitamine D -qui est en fait une hormone- est synthétisée par l'organisme grâce à l’ensoleillement. On la trouve aussi dans certains aliments comme les œufs ou les poissons gras.

Certaines populations (personnes en institution, comme en ehpad par exemple) sont à risque d'insuffisance, voire de carence, de même qu'une bonne partie de la population française l'hiver, d'où l'intérêt de prescrire des "supplémentations" en vitamine D sous forme médicamenteuse, par exemple pour les bébés ou pour les personnes âgées, pour compenser ce manque.

Les espoirs placés en la vitamine D ne datent pas du Covid

La vitamine D sert aussi, comme de nombreux autres éléments utiles à l'organisme, à assurer le bon fonctionnement du système immunitaire. De là à glisser vers l'idée que la vitamine D protège des maladies ou les guérit, il n'y a qu'un pas... qu'il ne faut pas franchir, explique Mélanie Deschasaux, chercheuse en épidémiologie nutritionnelle.

La "différence est subtile" mais "ce qu'il(...)


Lire la suite sur Paris Match