Covid-19 : un virus de l’herpès se réactive dans les formes graves ou longues

·2 min de lecture

Plusieurs études montrent que le virus d’Epstein-Barr, dormant chez la plupart des adultes, se réveille à cause du coronavirus, ce qui pourrait empirer la maladie et favoriser les formes sévères et le Covid long.

Le Covid appelle des renforts pour mieux nous attaquer ! C’est ce qui suggèrent plusieurs études récentes qui mettent en évidence que le virus d’Epstein-Barr, virus de la famille des herpès responsable entre autres de la mononucléose infectieuse, peut se réactiver après une infection par le coronavirus. Et que les patients qui présentent cette réactivation sont ceux qui ont le plus grand risque de développer des formes sévères du Covid-19 ou du .

Le coronavirus réveille ses "copains"

Le virus d’Epstein-Barr est très répandu dans la population et se retrouverait chez 95% des adultes. Mais la grande majorité des personnes qui possèdent le virus ne le savent même pas, car ils l’acquièrent pendant l’enfance et ne développent pas (ou peu) de symptômes. Alors que l’infection pendant l’adolescence ou l’âge adulte peut causer une mononucléose infectieuse ou une leucémie de Burkitt, un cancer très agressif des cellules lymphoïdes. Après l’infection, ce virus reste dans le corps dans une forme dormante et peut se réactiver lors de certaines maladies, causant de la fatigue, de la fièvre, des maux de tête, des problèmes neurologiques, des problèmes digestifs ou encore des éruptions cutanées. Des symptômes qui sont aussi très fréquents chez les patients atteints de Covid long.

Pour comprendre si ce virus pourrait être à l’origine de ces symptômes dans le Covid long, des chercheurs des États-Unis et de la Turquie ont étudié une cohorte de 185 personnes atteintes de Covid, dont 56 (30,3%) ont développé une forme longue de la maladie (étude publiée dans la revue en juin 2021). En cherchant les anticorps spécifiques du virus d’Epstein-Barr (dont certains sont détectables uniquement lors de la réactivation du virus), les chercheurs ont mis en évidence que deux tiers des patients atteints de Covid long (66,7 %) témoignaient d’une réactivation de ce virus, contre seulement 10 % chez ceux qui n’ont pas développé de Covid long. Et cette réactivation était encore visible jusqu’à trois mo[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles