Covid-19 : le virus circulait déjà en France en novembre selon l’Inserm

·1 min de lecture

Et si le Covid-19 avait circulé avant le premier cas répertorié officiellement le 24 janvier ?

En France, 200 000 personnes tirées au sort participent à une vaste étude épidémiologique. Les volontaires, réunis au sein d'une cohorte appelée Constances, sont suivis régulièrement depuis 2012, via des questionnaires et examens de santé. Les échantillons biologiques, comme les prélèvements sanguins, sont conservés dans une biobanque en vue d’études ultérieures. L’objectif étant de suivre la santé des participants sur le long terme et in fine de mieux comprendre les facteurs qui l’influencent comme l’alimentation, l’environnement, les conditions de travail, etc.

Avec l’arrivée du coronavirus, les chercheurs de l’Inserm, ont eu l’idée de se servir des échantillons de sang prélevés pour étudier, rétrospectivement, le statut sérologique des participants. Autrement dit, de rechercher la présence d’anticorps anti-SARS-CoV-2 dans leur sérum sanguin.

Au total, plus de 9 000 prélèvements ont été collectés. Résultat ? Le test sérologique a identifié la présence d’anticorps au SARS-CoV-2 chez 353 participants, dont 13 qui avaient fait leur prise de sang entre novembre 2019 et janvier 2020. Parmi eux, 11 ont fait l’objet d’une enquête plus poussée : 6 n’ont signalé aucun symptôme au cours des semaines précédant le prélèvement de l’échantillon mais 5 ont présenté des signes de maladies respiratoires virales. Par ailleurs, (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Covid-19 et personnes vulnérables : 7 maladies à haut risque
Un nouveau test de dépistage du coronavirus via son smartphone bientôt disponible ?
Inceste : "la victime revit les violences à l'identique, comme une machine à remonter le temps"
Lutéran, Lutényl et méningiome : vers une meilleure information des patientes
Pourquoi les effets secondaires du vaccin sont plus forts à la 2nde injection ?