Covid-19: le virologue Christian Bréchot veut que la France exige un test aux voyageurs venant de Chine

Christian Bréchot, virologue et président du Global Virus Network, le 28 décembre 2022 - BFMTV
Christian Bréchot, virologue et président du Global Virus Network, le 28 décembre 2022 - BFMTV

"Il faut intervenir maintenant." Face à l'impressionnante recrudescence de cas de Covid-19 en Chine, Christian Bréchot, virologue et président du Global Virus Network, a estimé ce mercredi soir sur BFMTV que la France devait imposer un test de dépistage à tous les voyageurs venant de Chine.

La fin brutale ce mois-ci de la politique du "zéro Covid" en Chine, alors que le pays connaît une explosion des cas a suscité l'inquiétude de plusieurs États. À l'instar du Japon, de l'Italie ou de Taïwan, les États-Unis ont annoncé que le pays allait exiger un test Covid négatif pour les voyageurs arrivant en avion de Chine.

De son côté, la France réfléchit à cette éventualité. "Emmanuel Macron a déjà demandé au gouvernement de réfléchir à des mesures adaptées de protection des Français dans ce contexte et de voir à la fois au niveau national et européen", a indiqué ce mercredi l'Élysée à BFMTV.

200 à 300 millions de cas en 4 semaines

Cette mesure, Christian Bréchot voudrait l'appliquer dès que possible en France, étant donné qu'il y a eu "au moins entre 250 et 300 millions de cas détectés au cours des trois ou quatre dernières semaines" en Chine.

"Il faut faire des tests aux frontières, a-t-il déclaré, il faut intervenir maintenant. Dans quelques jours, ce sera fini."

L'ancien directeur de l'Institut Pasteur - déplorant le fait que la France ne soit pas prête à mettre en place rapidement ce système de tests - a même proposé à ce qu'un "confinement" soit respecté par ces personnes à l'arrivée sur le territoire français.

Bruno Megarbane, chef du service de réanimation de l'hôpital Lariboisière à Paris, ne veut pas aller jusqu'à "empêcher l'entrée des touristes" mais a insisté sur l'importance du "séquençage" des tests, notamment pour mieux prévenir l'émergence de nouveaux sous-variants.

Article original publié sur BFMTV.com