Covid-19 : des variants "qui régressent" ? La mise en garde du Conseil scientifique

·1 min de lecture

En déplacement à l'aéroport de Roissy samedi, le Premier ministre, Jean Castex, a affirmé que "les variants (sud-africain et brésilien)" avaient "tendance à régresser" en France. Invité dimanche soir sur Europe 1, Olivier Guérin, membre du Conseil scientifique et médecin au CHU de Nice, invite pourtant à "une vigilance extrême" sur le sujet.

En France, les passagers en provenance de cinq pays à risque (Brésil, Inde, Afrique du Sud, Argentine et Chili) sont soumis depuis samedi à un nouveau protocole anti-Covid lors de leur arrivée sur le sol français. En déplacement à l'aéroport de Roissy dimanche pour observer la mise en œuvre de ce protocole, le Premier ministre, Jean Castex, a affirmé que "les variants (sud-africain et brésilien)" avaient "tendance à régresser". Invité dimanche soir sur Europe 1, Olivier Guérin, membre du Conseil scientifique et chef du pôle gériatrie du CHU de Nice, invite pourtant à "une vigilance extrême" sur le sujet.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 25 avril

La vaccination, "un avantage différentiel" pour le variant brésilien

Certes, ces deux souches représentent pour le moment moins de 5% des détections. Mais le Conseil scientifique avertissait, mi-avril, sur une tendance potentiellement à la hausse dans les prochains mois. "On sait que le variant anglais domine lorsqu’il est confronté au (variant) brésilien ou au sud-africain", explique Olivier Guérin. Selon lui, cette prédominance s'appliquerait d'ailleurs probablement également au variant indien. "Même si là, les données sont extrêmement parcellaires pour l’instant", reconnaît-il.

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu pourrait également vous intéresser :