Covid-19 : un variant du virus entre dans les cellules par une porte cachée

·2 min de lecture

Découverte par hasard, cette nouvelle version du coronavirus peut infecter les cellules sans passer par le récepteur ACE2, porte d’entrée traditionnelle du virus. Mais il est trop tôt pour savoir si ce nouveau pouvoir aura un impact sur l’épidémie.

Pas de porte, pas de problème ! Après un an et demi de l’émergence du SARS-CoV-2, on ne compte plus les variants de ce coronavirus. Plus , capables de , plus performants … Les nouveaux pouvoirs de ces variants sont nombreux. Dernier en date : la capacité d’infecter des cellules même quand elles sont dépourvues du récepteur ACE2, porte d’entrée habituelle du coronavirus dans les cellules, découverte publiée dans le numéro du 13 juillet 2021 de la revue . Une habileté qui pourrait permettre au virus d’infecter davantage de cellules, mais dont la dangerosité n’a pas encore été établie.

Une mutation pour entrer par effraction

Cette découverte étonnante (et un peu effrayante) a été faite complètement par hasard par des chercheurs de l’université Washington à St. Louis (États-Unis), qui tentaient de trouver un meilleur modèle cellulaire pour étudier l’infection au coronavirus. En général, les chercheurs utilisent des cellules rénales de primate pour étudier ce type d’infection, car ce sont des cellules qui reproduisent bien ce phénomène. Les auteurs de l’étude en question ont voulu trouver un modèle cellulaire plus proche de ce qui se passe en réalité chez les patients, où l’infection concerne principalement les voies respiratoires. En analysant plusieurs types de cellules pulmonaires, ils sont tombés sur une lignée cellulaire issue d’un cancer de poumons qui avait la particularité de ne pas avoir le fameux récepteur ACE2, nécessaire pour l’infection par le coronavirus. Puisque ces cellules n’avaient pas ce récepteur et ne pouvaient donc pas être infectées, elles ont été choisies comme contrôle négatif pour leurs expérimentations. Sauf que… elles ont bien été infectées (surprise !) “Au début on a cru que c’était un artefact, peut-être causé par une quantité non détectable de cellules avec le récepteur. Pour être sûrs qu’on ne s’était pas trompés et que ce n’était pas une erreur, nous avons reproduit l’expérience avec des cellules où on a bloqué l’expression d’ACE2 en effa[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles