Covid-19 : le variant indien moins transmissible que prévu ?

·3 min de lecture
Photo d'illustration

Le variant indien pourrait finalement être moins transmissible que ce que les premières estimations révélaient. Il resterait toutefois plus transmissible que le variant britannique.

Des nouvelles rassurantes concernant le variant indien, classé comme "préoccupant" par l'OMS et qui menace le plan de déconfinement de nos voisins britanniques et fait des ravages en Inde, avec plus de 4 500 morts quotidiens, 267 000 nouveaux cas mardi, et des pénuries en oxygène.

Neil Ferguson, épidémiologiste de renom à l'Imperial College de Londres, a évoqué sur la BBC une "lueur d'espoir" concernant les dernières données du variant B.1.617.2, rapporte Reuters. Selon lui, la transmissibilité du variant indien pourrait être inférieure à ce que l'on craignait initialement.

Un variant moins transmissible que prévu ?

"L'ampleur de l'avantage du variant indien B.1.617.2 semble avoir diminué un peu avec les données les plus récentes", a-t-il déclaré sur les ondes de la BBC, précisant toutefois que davantage de données étaient nécessaires.

Pourquoi ? Car les premières estimations ont été réalisées à partir des premiers cas positifs recensés au Royaume-Uni, c'est-à-dire des voyageurs venant d'Inde. Or, relève l'épidémiologiste, ces voyageurs ont plus de chances de vivre dans des foyers où vivent plusieurs générations ou dans des zones défavorisées.

Le variant indien resterait toutefois plus contagieux que le variant britanniqe 

Pour Neil Ferguson, cette transmissibilité accrue du variant indien pourrait être moindre dans des conditions de vie différentes, notamment au Royaume-Uni où la mixité générationnelle des ménages est bien moindre qu'en Inde.

À LIRE AUSSI >> Pourquoi le variant indien inquiète particulièrement ?

Des données précises concernant la transmissibilité du variant indien devraient être publiées la semaine prochaine, mais pour le professeur Jonathan Van-Tam, médecin chef britannique, "le variant indien est plus contagieux, entre quelques pourcents et jusqu'à 50% plus contagieux que le variant britannique", a-t-il estimé. Pour rappel, le variant britannique est lui-même plus contagieux que la souche d'origine du virus, qui dominait en Europe jusqu'à l'hiver dernier, avant d'être peu-à-peu remplacée par le variant britannique.

Quelle efficacité pour les vaccins ?

Le variant indien serait donc sans doute plus transmissible que le variant britannique, majoritaire en Europe, mais dans des proportions moindres qu'initialement prévu. Le variant indien pourrait donc, théoriquement, prendre petit-à-petit la place du variant britannique s'il se diffuse au sein de la population, et que rien n'est fait pour l'empêcher, comme l'a fait le variant britannique en France. 

Sauf que les premières données concernant les vaccins sont rassurantes. "Nous avons réexaminé les données et je peux déclarer à la Chambre que nous sommes de plus en plus convaincus que les vaccins sont efficaces contre tous les variants, y compris le variant indien", a affirmé le Premier Boris Johnson mercredi devant la Chambre des députés.

Des propos toutefois nuancés par l'épidémiologiste Neil Ferguson. "Les vaccins vont continuer de protéger contre les formes graves du Covid-19, mais le variant indien pourrait provoquer une perte de l'efficacité des vaccins s'agissant des infections et de la transmission du virus". Lundi, des scientifiques américains affirmaient que les vaccins de Moderna et Pfizer restaient efficaces face au variant indien. La vaccination, dont l'objectif est avant tout d'empêcher les formes graves du Covid-19, semble donc aussi être la clé face au variant indien.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles