Covid-19 : le variant britannique a lui-même muté

L’une des forces du Covid-19 est sans aucun doute sa capacité à muter. Ainsi, se sont développés les variants brésilien, sud-africain et anglais. Toutefois, ce dernier vient aussi de muter et il pourrait être plus dangereux et contagieux. "C’est une inquiétude pour les autorités et les scientifiques britanniques. Ils ont découvert lors de tests que le variant anglais avait lui-même muté et cette deuxième version pourrait rendre les vaccins moins efficaces", relate le journaliste de France Télévisions Matthieu Boisseau en direct de Londres, mercredi 3 février. La transformation d'une protéine Plus précisément, c’est la transformation d’une protéine qui préoccupe le monde médical. Cependant, une autre étude, parue mercredi matin, a donné des nouvelles un peu plus rassurantes. Comme le rapporte le journaliste, on a désormais "la confirmation qu’après une contamination au Covid-19, les anticorps restent présents dans l’organisme pendant six mois au moins".