Covid-19 : le variant anglais neutralisé par les anticorps

·2 min de lecture

L’Institut Pasteur affirme ce vendredi que les anticorps présents dans les sérums de personnes précédemment infectées par le SARS-CoV-2 ou vaccinées neutralisent le variant anglais mais pas le variant sud-africain. 

Des chercheurs de l’Institut Pasteur, en collaboration avec le CHR d’Orléans, le CHRU de Tours, le CHI de Créteil, le CHU de Strasbourg et l’Hôpital Européen Georges Pompidou, ont étudié la sensibilité de des variants anglais et sud-africains aux anticorps neutralisants présents dans les sérums de personnes précédemment infectées par le SARS-CoV-2 ou vaccinées. Ils ont comparé cette sensibilité avec celle du virus de référence circulant majoritairement en France (appelé D614G). Bonne nouvelle: les chercheurs ont démontré que le variant anglais est neutralisé de façon presque identique au virus de référence. Le variant sud-africain est, quant à lui, moins sensible aux anticorps neutralisants et il faut des concentrations six fois plus élevées d’anticorps sont nécessaires pour neutraliser le variant sud-africain par rapport à la souche de référence.

Lire aussi :Covid-19: tous les indicateurs dans le rouge, le pic de la deuxième vague déjà atteint

Le variant anglais a été neutralisé par 95% des sérums de personnes ayant été infectées par le SARS-CoV-2

Dans le détail, les résultats de l’étude montrent que le variant anglais a été neutralisé par 95% (79 sur 83) des sérums de personnes ayant été infectées par le SARS-CoV-2, recueillis jusqu'à neuf mois après l’apparition des symptômes. Les mêmes proportions sont observées pour la souche D614G circulant majoritairement en France depuis de début de l’épidémie. En revanche, les chercheurs ont observé une perte d'activité neutralisante contre le variant sud-africain dans 40% des sérums d’individus exposés au virus, pour les sérums prélevés à neuf mois après la primo-infection. Ils ont également montré que des concentrations environ six fois plus importantes d’anticorps étaient(...)


Lire la suite sur Paris Match