Covid-19 : dans le Val-d’Oise, le Samu face à la troisième vague

Pas de minute à perdre pour cette équipe du Samu. Une femme de 49 ans, atteinte du Covid-19 depuis 10 jours, a appelé à l’aide d’une voix faible, à peine audible, signe d’une détresse respiratoire. La patiente était sous oxygène à domicile, mais son état s’est dégradé. L’ambulance file, direction un hôpital parisien. "Il n’y avait pas de réanimation disponible sur le département. Donc on l’a emmenée plus loin", indique le Dr Agnès Ricard-Hibon, cheffe de service Samu-Smur du Val-d’Oise. Taux d’incidence très élevé Les places sont rares dans ce département, où l’épidémie flambe. Le taux d’incidence est de 668. Les appels de malades en détresse s’enchaînent au centre d’urgence. Plus de 1 000 ont été reçus par le Samu en Île-de-France rien que pour la journée du 14 avril. Les patients sont de plus en plus jeunes et présentent des complications respiratoires.