Covid-19 : la vague actuelle s'achève en métropole

© NICOLAS TUCAT / AFP

Santé publique France a annoncé vendredi que la vague actuelle de Covid-19, qui avait commencé début juin, avait poursuivi son recul ces derniers jours en France métropolitaine. Ni les contaminations, ni les hospitalisations ne sont désormais plus considérées à un niveau élevé. La situation s'améliore également dans les Outre-mer.

La vague actuelle de Covid-19, qui avait commencé début juin, a poursuivi son recul ces derniers jours en France métropolitaine, ni les contaminations ni les hospitalisations n'étant plus considérées à un niveau élevé, a annoncé vendredi l'agence de santé publique. Du 8 au 14 août, "la diminution de la circulation du SARS-CoV-2 s'est poursuivie avec une amélioration des indicateurs épidémiologiques dans l'ensemble des régions métropolitaines", a résumé dans un communiqué Santé publique France, à l'occasion de son bilan hebdomadaire.

>> LIRE AUSSI - Covid-19 : «La vague sera bien là à la rentrée», selon un épidémiologiste

 

Quant aux outre-mer, la situation est aussi en train de s'y améliorer sauf à la Réunion où l'épidémie poursuit sa progression. Pour la première fois depuis plusieurs semaines, Santé publique France n'a pas estimé que les contaminations et les hospitalisations restaient à un niveau "élevé". C'est donc, de fait, la fin de la vague actuelle qui avait démarré début juin et provoqué un pic d'hospitalisations fin juillet, certes à un niveau inférieur aux deux précédentes vagues, en début d'année et au printemps.

23 605 cas recensés jeudi

Jeudi, 23.605 nouveaux cas avaient été recensés, loin des plus de 150.000 contaminations quotidiennes observées au pic de la vague, et le nombre de patients en soins intensifs était repassé sous le seuil du millier pour la première fois depuis début juillet. Pour autant, l'agence de santé publique maintient ses recommandat...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - David Voirin : "Les malades nous disent : "Je ne vous crois pas, ce que vous dites, c’est faux, docteur". On fait comment pour soigner les gens dans ces conditions ?"